Actualités

Vol de câbles à l’UOM : le prévenu essuie un revers en cour

UoM Plus de 2 480 m de câble coaxial ont été volés à l’UOM en 2012.

Poursuivi pour vols et recel de câble coaxial au préjudice de l’Université de Maurice, Swaveerajsing Jokhoo, un moniteur de plongée de 41 ans, a contesté la production devant la cour, d’une de ses déclarations à la police. La cour a rejeté sa requête.  

Swaveerajsing Jokhoo, un habitant d’Arsenal, a subi un revers devant la cour intermédiaire. Répondant de vols et de recel de plus de 2 480 mètres de câbles coaxiaux au préjudice de l’Université de Maurice (UOM), le prévenu a vu une motion présentée en sa faveur, rejetée le 10 août. Il voulait faire exclure, comme preuve, une de ses déclarations à la police, le 18 mars 2012, à 13 h 40, au centre de détention de Moka.

Selon l’avocat de la défense, cette déclaration a été obtenue du prévenu en violation de ses droits constitutionnels. Elle n’aurait pas été donnée volontairement par Swaveerajsing Jokhoo. La défense fait valoir que la déclaration a été écrite par l’inspecteur Dowaraka Persand et que le moniteur de plongée a été contraint de signer.

Selon la défense, le prévenu a obtempéré dans l’espoir d’être libéré sous caution. Il aurait été insulté en ces termes : « nek signer ta (…)  inn zis mete ki to ti sofer ek to pou gagn laman ladan ek to pou fini sorti lor kosion, pa konplik travay la (…) sinon pou gagn ene ta (…) ar nou ».

Incriminé par un coaccusé

En cour, l’inspecteur Dowaraka Persand a expliqué que le 27 février 2012, au bureau de la Criminal Investigation Division de Flacq, il a consigné trois dépositions de Swaveerajsing Jokhoo. Cela en présence de son avocat. Une semaine après, la police a arrêté un coaccusé dans l’affaire et celui-ci, a incriminé Swaveerajsing Jokhoo. C’est ainsi que le dimanche 18 mars 2012, ce dernier a été confronté aux allégations portées contre lui par le coaccusé dans l’affaire. Selon le policier, le prévenu a volontairement fait sa déclaration. Cela sans demander à être assisté d’un avocat ce jour-là.

Quant à Swaveerajsing Jokhoo, il a, devant la cour, soutenu qu’il a requis ce jour-là, son avocat, mais qu’il a eu comme réponse « enn (…) avoka pa pou ena, si pa pou donn lanket pou ena ankor kays ». Le prévenu soutient avoir été malmené verbalement et que les policiers tapaient du poing sur la table. Il n’a cependant pas pu expliquer pourquoi il a failli à informer la cour de Pamplemousses des « agissements de ces policiers ». Le moniteur de plongée a été libéré sous caution après avoir passé trois mois en détention préventive.

La magistrate Adeelah Hamuth, a statué en faveur de la poursuite. Elle a souligné dans sa décision que les policiers cités dans l’affaire ont été cohérents et la véracité de leurs témoignages n’a pas été sérieusement « remise en cause ». En revanche, la cour n’a « pas été impressionnée par les allégations portées par le prévenu contre les policiers ».

Le prévenu répond à trois accusations de vol, en bande organisée, et à trois autres accusations de recel de câble coaxial volés, commis entre le 25 décembre 2011 et le 22 janvier 2012. Le procès se poursuit le 15 novembre.