Faits Divers

Vol de 200 francs suisses : un ancien employé d’hôtel mis à l’amende

Un ancien superviseur d’un hôtel de Poste-de-Flacq a écopé d’une amende de Rs 15 000 devant la cour intermédiaire.

L’homme, âgé de 34 ans aujourd’hui, a été reconnu coupable d’avoir illégalement accédé au coffre-fort électronique qui se trouvait dans la chambre louée par une touriste britannique, âgée de 40 ans avant de voler 200 francs suisses.
Le délit remonte au 21 juin 2009. La touriste, une responsable marketing, avait quitté le pays peu après l’incident. Outre les 200 francs suisses, elle avait aussi déclaré s’être fait voler 700 rands, 50 euros et Rs 10 000.

C’est le responsable de la sécurité de l’hôtel qui a rapporté le cas de vol à la police. En cour, celui-ci a expliqué que les clients avaient accès à leur chambre à l'aide d'une carte magnétique et que toutes les ouvertures et fermetures des portes étaient enregistrées. « En ce qui concerne le coffre-fort, les clients doivent insérer leur code qui leur permet d'y accéder », dit-il.

Premier délit

Dans le cadre du procès, deux autres employés de l‘hôtel furent poursuivis aux cotés de l’ancien superviseur. Il s’agit de deux garçons de chambre, âgés de 19 et 22 ans et habitant Poste-de-Flacq. Ils ont été eux acquittés, faute de preuves. 
Il ressort que le garçon de chambre de 19 ans s’est servi de sa carte magnétique pour accéder à la chambre numéro 40, le 16 juin 2009, à 21 h 36. Or, il s’avère que quelqu’un a tenté d’accéder au coffre deux minutes plus tôt mais n’a pu le faire en raison d’avoir entré le mauvais code.

Le garçon de 22 ans s’est servi de sa carte magnétique pour accéder à la chambre le 20 juin 2009. Il y a eu au même moment une autre tentative d’ouvrir le coffre-fort. Le 21 juin 2009, un troisième garçon de chambre, habitant Écroignard, a accédé la chambre de la touriste. Le coffre-fort a été ouvert peu après. Ce dernier fut poursuivi au cours d’un procès séparé et a été condamné pour complicité de vol.

En cour, le superviseur a expliqué qu'il travaillait dans des hôtels depuis 10 ans et qu'il n'avait jamais eu de problèmes auparavant. Il a commencé comme garçon de chambre et a gravi les échelons. La magistrate Bibi Razia Jannoo-Jaunbocus a souligné dans son verdict que le superviseur en est à ses premiers démêlés avec la justice. D’où l’amende.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !