Faits Divers

Vol avec violence au jardin botanique de Pamplemousses : il est arrêté pour attaque sur une Britannique et son bébé de 10 mois

Jardin Pamplemousses C’est au bord du bassin des nénuphars géants qu’une touriste a été agressée et dépouillée.

Un climat d’insécurité règne au jardin botanique de Pamplemousses. Des voleurs audacieux n’hésitent pas à braquer des excursionnistes étrangers.  Plusieurs vols avec violence ont été enregistrés dans l’enceinte du jardin dans le passé. Malgré la présence des agents de sécurité en certains endroits du jardin, cela ne semble guère dissuader les voleurs qui arrivent à déjouer leur vigilance. L’un d’eux a été mis hors d’état de nuire.

Le 23 juillet 2018. Une mère de famille âgée de 38 ans se trouvait près du bassin des ‘water lilies’(Nénuphars géants) tenant son bébé de 10 mois dans ses bras, lorsqu’elle a été attaquée par un malfrat.

Le suspect a menacé sa victime en lui plaçant un couteau sous sa gorge.

Au même moment, un complice est entré en scène, faisant main basse sur le sac à main de la ressortissante britannique. Il contenait son porte-monnaie, un permis de conduire, une carte de crédit, de l’argent, une clé de voiture, entre autres. Les objets volés sont estimés à Rs 25 000. Les deux malfrats ont vite pris la fuite.

Huit mois après

C’est le 12 février dernier, huit mois après les faits, que les limiers de la police criminelle de Pamplemousses ont élucidé ce cas de vol avec circonstance aggravée. Un des suspects, Nikhil Saurtee, 22 ans, était activement recherché par la police pour une série de vols. Il a été placé en état d’arrestation. Cuisiné par les enquêteurs de la CID de Pamplemousses, supervisés par l’inspecteur Ramburrun et le sergent Forod, le malfrat est passé aux aveux.  Dans son récit aux policiers, il a également avoué un vol commis par effraction dans un entrepôt à Pamplemousses. Y étaient stockés plusieurs appareils utilisés pour des travaux de construction et valant Rs 283 000.

Interrogé sur l’agression avec vol au jardin botanique, il a non seulement avoué son méfait,   mais il a aussi dénoncé un receleur qui a été arrêté par la police. Il a affirmé aux enquêteurs que l’’argent empoché après la vente des objets volés a été utilisé pour «se divertir».