Live News

Vives inquiétudes après les résultats du SC : une réunion de tous les stakeholders réclamée

Étonnement pour certains, attendus pour d’autres, les résultats des examens du School Certificate (SC) et le nombre inquiétant de collégiens qui n’ont pas obtenu les cinq credits requis pour passer en Lower 6, ont été au centre de l’émission Au cœur de l’Info, animée par Patrick Hilbert et Ruth Rajaysur sur Radio Plus. 

Armoogum Parsuramen, ancien ministre de l’Éducation, Lindsay Thomas, recteur du collège du St-Esprit, et Vikash Ramdonee, secrétaire de l’Union des recteurs et des assistants-recteurs, les invités sur le plateau, étaient du même avis sur un point. Face à cette situation inquiétante, il faut que tous les acteurs travaillent de concert pour trouver une solution pour tous les collégiens qui n’ont pas obtenu les cinq credits requis pour passer en Lower VI.

Pour Armoogun Parsuramen, ce très faible pourcentage de collégiens qui ira en HSC est « étonnant ». Il est d’avis qu’il faut « autoriser les élèves avec deux O Levels de monter en Lower VI. » Selon la loi, un élève pourra alors repasser ses examens dans une ou deux matières. 

« Il est clair que le niveau de l’éducation à Maurice est en déclin. C’est très mauvais pour le pays », ajoute l’ancien ministre. Il est aussi d’avis que ce serait « irresponsable » envers la grande majorité des collégiens de ne pas venir avec une solution pour l’avenir de ceux qui n’ont pas réussi à obtenir les 5 credits. 

Armoogun Parsuramen explique qu’il y a aussi nécessité de parfaire la formation des éducateurs. « La formation des enseignants, dispensée par le Mauritius Institute of Education, est dépassée. Les méthodes laissent à désirer. Les enseignants enseignent l’anglais en créole par exemple. Comment peut-on ainsi améliorer le niveau de l’anglais ? » se demande Armoogum Parsuramen.

Pour Lindsay Thomas, recteur au collège du St-Esprit, l’éducation d’un enfant est trop importante pour centrer le débat sur des formules creuses. Face à l’urgence de la situation, il faut que tout le monde travaille pour trouver une solution. « On ne peut continuer avec le Blame Game, très populaire à Maurice », explique Lindsay Thomas. Il est d’avis que l’éducation doit être bien plus qu’une question académique. « L’éducation académique n’est pas le seul chemin, le débat actuel est faussé, car nous parlons uniquement des résultats académiques du School Certificate. Il faut une réflexion nationale et un plan global sur la question », affirme le recteur. Concernant les résultats, il affirme : « The writings were on the walls ». Il est lui aussi d’avis qu’il faut revoir la formation des éducateurs, « Il y a de bons et de mauvais professeurs », dit-il

Pour Vikash Ramdonee, secrétaire de l’Union des recteurs et des assistants-recteurs, les 5 credits obligatoires sont une bonne chose. Il y a eu davantage de discipline à l’école. « Avec  les 3 credits, l’indiscipline régnait. Des élèves pensaient qu’ils n’auraient pas à fournir trop d’efforts pour les obtenir. Mais avec la décision de ramener les 5 credits, il y a eu une prise de conscience et les collégiens reviennent en classe », explique Vikash Ramdonee. Il considère également que « ces résultats inquiétants étaient attendus », car « les fruits dans le domaine de l’éducation ne se récoltent pas en deux  ans. » Il est aussi d’avis qu’il serait maintenant « irresponsable » de laisser plus de 10 000 collégiens à leur sort.

Autre point sur lequel les invités ont été du même avis : la situation actuelle favorise les collèges payants. « Ces collèges n’imposent pas le critère de 5 credits pour l’admission en Lower VI », explique Armoogum Parsuramen sous l’approbation de Vikash Ramdonee.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !