Interview

Vivekanand Ramburun, directeur des douanes : «Le pouvoir de la MRA ne se limite pas qu’à nos frontières»

Le Directeur des douanes, Vivekanand Ramburun, explique qu’utiliser des enfants comme mules pour le trafic de drogue est un nouveau phénomène. Il souligne toutefois que la douane est armée pour traquer tous les potentiels criminels. 

Récemment, deux enfants mules ont été interceptés. Comment avez-vous suspecté que ces enfants transportaient de la drogue ?
Cette récente saisie démontre l’efficacité du contrôle mis en place par la Mauritius Revenue Authority (MRA) pour traquer les passagers suspects. La douane a des protocoles bien établis concernant le contrôle des diplomates, des VIP, des mineurs et des handicapés. Les passagers sont profilés et ciblés selon des indicateurs développés par l’Organisation Mondiale des Douanes et la douane de Maurice. La vérification est effectuée à l’aide d’équipements non-intrusifs comme des scanners, des chiens renifleurs et d’autres équipements de détection. Dans ce cas précis, utiliser des enfants pour le trafic de drogue est un nouveau phénomène détecté à Maurice. Cependant, des rapports indiquent que les enfants sont utilisés dans d’autres pays pour transporter de la drogue. 

Il y a eu plusieurs saisies de drogue valant des millions. Quelle est la recette/technique de votre département ?
La MRA dispose d’un programme actualisé sur les drogues interdites pour identifier et saisir les drogues illicites et un programme sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme pour lutter contre ces fléaux. La MRA a une équipe dévouée, la Customs Anti-Narcotics Section (Cans), postée à l’aéroport, à la Poste et aux services de courriers et la station de fret aérien à des fins de surveillance et de renseignements sur une base 24/7. Toutes les informations reçues du réseau de l’Organisation mondiale des Douanes, l’UNODC, le Regional Intelligence Liaison Office, les douanes régionales et autres organismes qui sont soumis à une évaluation de risques par le MRA Customs Risk Management Engine pour identifier et cibler des passagers et des colis à être contrôlés. 

Comment se fait le 'profiling' des potentiels passeurs ?
Des officiers de la douane ont étudié la psychologie qui aident au profilage et au ciblage des passagers à haut risque en fonction de leurs comportements et langage corporel. 

Jusqu’où comptez-vous aller dans la lutte contre la drogue ?
C’est un combat permanent et incessant et la MRA utilisera toutes les facilités et le programme de ‘capacity building’ pour s’améliorer afin de lutter contre le trafic de drogue et autres délits liés à la drogue. La MRA collabore avec la douane des autres pays de la région pour l’échange d’informations. On a établi une nouvelle collaboration et un nouveau réseau avec la douane d’Afghanistan et du Pakistan. En particulier, à la suite des axes nouvellement identifiés, notamment la Southern Route ou le Smack Track. C’est un réseau d’itinéraires allant de l’Afghanistan au Pakistan et en Iran, en passant par l’océan Indien et les régions Sud de l’Afrique. 

On a établi une nouvelle collaboration et un nouveau réseau avec la douane d’Afghanistan et du Pakistan"

Sur chaque vol, quel est le pourcentage des voyageurs qui sont fouillés ? Vu que les passeurs ont différents profils, est-ce que la douane compte augmenter ces fouilles ?
Nous n’avons pas un quota de personnes qui doivent être contrôlées. Le niveau de contrôle dépend des facteurs de risque associés à la provenance des vols, les personnes qui voyagent et des profils qui ont été catégorisés à risque.  Le contrôle inclut aussi des vérifications sur les passagers, les membres d’équipage et les personnes ayant accès aux avions ainsi que la fouille des avions. La MRA a installé des scanners dans un espace dédié au contrôle de tous les employés qui quittent le terminal des passagers au Customs Hall de l’aéroport. 

La douane s’est modernisée mais les trafiquants et les contrebandiers également… Avez-vous tout l’arsenal voulu pour mener à bien votre mission ?
On a le soutien indéfectible du Board et du directeur de la MRA pour lutter contre le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Dans ce contexte, la MRA a fait l'acquisition de divers équipements et outils de pointe. Les douaniers ont été formés à Maurice et aussi à l’étranger par l’Australian Border Force, l'US Drug Enforcement Agency, la douane française, l’UNODC, l’EU et des personnes de la National Coast Guard sur le ciblage des navires suspects à travers le Vessel Tracking System, identifier les tendances des crimes maritimes et mettre sur pied des opérations de fouille des navires. 

Comment se passe la collaboration avec les autres entités dont la MRA, l’Icac, la FIU, l’Adsu? Il semble que les relations ne sont pas toujours cordiales…
La douane travaille en étroite collaboration avec les autres entités dans le combat contre la drogue et le blanchiment d’argent. La Task Force, qui comprend plusieurs unités, collabore pleinement pour l’échange d’informations, de détection et d’investigation dans des cas liés à la drogue. 

Il existe une perception de corruption à la douane. Que répondez-vous à cela ?
La MRA a une tolérance zéro à la corruption. On est la seule organisation à avoir une Internal Affairs Division qui a été mandatée pour gérer les allégations de faute professionnelle et d’autres plaintes contre des employés de la MRA. Tous les officiers doivent soumettre une déclaration de leurs avoirs quand ils sont recrutés et chaque trois ans, ou quand il leur est demandé de le faire et à l’âge de la retraite. Si des officiers ont des avoirs démesurés qu’ils ne peuvent expliquer, le cas est référé à la commission anti-corruption à des fins d’enquête. Des officiers recrutés par l’Anti-Narcotics Section sont sujets à un ‘scanning’ basé sur leurs antécédents, leurs expériences et également des contrôles d’intégrité avant qu’ils ne soient recrutés dans cette section. Puis encore, toutes les allégations de fautes professionnelles, de corruption et de violation d’intégrité sont référées à cette division pour enquête. Par ailleurs, tous les officiers de la MRA ou leurs proches qui sont engagés dans des business ou autres activités qui génèrent des revenus ou qui sont enregistrés comme des importateurs de marchandises doivent informer la direction de ces activités. Ces officiers, en vertu de ces activités, ne sont pas postés aux unités qui sont directement liées à ce business. À noter aussi que la MRA a obtenu le ‘Best Anti-Corruption Framework Award’ en 2006 et 2010.  

Qu’est-ce qui est fait contre la contrebande ?
La MRA a des équipes spécialisées dans la lutte contre la contrebande, comme l’Anti-Money Laundering Unit, la Customs Anti-Narcotics Section, la Surveillance and Enforcement Section, les Brigades des Marchandises, l’Intellectual Property Rights Unit et les Monitoring Units. Il est bon de savoir que le pouvoir de la MRA ne se limite pas qu’à nos frontières. La douane travaille en étroite collaboration avec des acteurs économiques pour réduire le non respect à la frontière.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !