Actualités

Visites organisées aux Chagos : le gouvernement sort ses griffes

chagos Les Chagos au cœur d’un litige avec la Grande-Bretagne.

Le gouvernement mauricien est « profondément déçu » de l’attitude de la Grande-Bretagne. Alors que la Cour internationale de Justice a, dans un avis consultatif rendu le 25 février, ordonné aux Britanniques de restituer l’archipel des Chagos « dans les plus brefs délais » et que l’Assemblée générale d l’Organisation des nations unies a confirmé, le mois dernier, l’avis par l’adoption d’une résolution par une majorité écrasante en faveur de Maurice, les Anglais répondent en organisant trois voyages vers les Chagos pour les Chagossiens.

La résolution exige également que le Royaume-Uni retire sans condition son administration coloniale de l’archipel des Chagos dans un délai de six mois au maximum. Pour le gouvernement mauricien, il s’agit-là non seulement d’un affront, mais aussi d’un non respect flagrant la position adoptée par la Cour internationale de justice et les Nations Unies.

Dans un communiqué émis mardi après-midi, le Bureau du Premier ministre réitère son soutien total à Olivier Bancoult du Groupe Réfugiés Chagos. Pour rappel, ce dernier avait exprimé son désaccord à l’invitation des autorités britanniques par rapport aux trois visites sur l’archipel des Chagos pour les membres de la communauté chagossienne.

Dans son communiqué, le gouvernement souligne que Maurice est le seul État à pouvoir organiser des visites dans l’archipel des Chagos, compte tenu de sa souveraineté et ses droits souverains sur les Chagos. Pour Maurice, le Royaume-Uni n’est qu’un occupant colonial illégal et commet une violation manifeste du droit international en organisant ces visites. Maurice exhorte donc le gouvernement britannique à mettre un terme aux visites.

Le gouvernement mauricien compte, lui aussi, organiser une visite vers les Chagos et attendrait pour cela la fin du délai de six mois que l’ONU a accordé aux Britanniques. Le Royaume-Uni a jusqu’au 21 novembre, pour remettre les clés de l’archipel à Maurice.

Fin mai, Olivier Bancoult avait dénoncé le projet britannique d’organiser de telles visites. Dans un communiqué émis le lendemain, le Haut-commissariat britannique à Maurice devait lui répondre que le gouvernement britannique honore sa promesse de débourser 40 millions de livres sterling pour soutenir la communauté chagossienne. « Nous avons, à de multiples reprises, demandé à M. Bancoult de s’engager avec nous pour élaborer le package en faveur de cette communauté. » La dernière invitation faite à Olivier Bancoult par la haute-commission date d’aout 2018. « Nous attendons  toujours sa réponse », précisait le Haut-commissariat.

Par rapport à cet argument, le gouvernement mauricien estime que la Grande-Bretagne s’immisce dans les affaires internes de Maurice. Pour celui-ci, c’est une violation du principe de non ingérence dans les affaires intérieures d’un autre État souverain.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !