Live News

Violente agression à Camp-Charlot, Chemin-Grenier - La victime : «Akoz Rs 200, mo kamrad ti kapav pran mo lavi»

Il a failli y laisser la vie. Un habitant de Camp-Charlot, Chemin-Grenier, âgé de 30 ans, a été violemment agressé par son ami, le 7 juillet. Celui-ci l’a frappé avec une grosse pierre, car il voulait lui voler Rs 200. Admis pendant plusieurs jours à l’hôpital, ce n’est que le jeudi 6 septembre que la victime a porté plainte à la police.

Le jour de l’agression, Fadil (prénom fictif) et ses amis s’étaient rendus dans une maison abandonnée de la localité pour jouer aux cartes pendant toute la soirée. Il a déposé son argent, soit Rs 200, sur un rocher. À un moment donné, Fadil a surpris son ami, que nous prénommerons Georges, qui faisait main basse sur ses Rs 200. Il a alors réprimandé son ami, qui n’a pas digéré le fait d’être incriminé en présence des autres. Il est sorti de ses gonds. « Georges finn pran enn gro ros, li finn pil lor mwa e linn sove », explique Fadil dans sa déposition.

Grièvement blessé aux pieds, il a été transporté à l’hôpital Jawaharlal Nehru, Rose-Belle, où il a été admis pendant plus de deux semaines. Il a eu les pieds plâtrés. Contacté, Fadil dit avoir eu le tibia fracturé. « Akoz Rs 200, mo kamrad ti kapav pran mo lavi. Depuis que j’ai été admis, mon ami n’est même pas venu me voir à l’hôpital. Toutefois, je le remercie, car il m’a ouvert les yeux. S’il était venu me voir en présentant des excuses, je l’aurais excusé, mais maintenant, je ne peux le pardonner. Il a prouvé que l’argent est plus important que notre amitié. Georges a trahi ma confiance », dit Fadil.

Ce dernier, qui est maçon, explique qu’il est très affecté après cette agression, car il ne peut plus travailler. « Pendant plus d’un mois, je n’ai pas travaillé et je n’arrive pas à croire que mon ami m’a mis dans cet état. Heureusement que mon tibia n’a été que fracturé et non pas sectionné, sinon j’aurais pu souffrir d’un handicap. Après cette violente agression, je compte couper tout contact avec mon ami, car il a mis ma vie en danger », dit Fadil. Ce dernier explique qu’il souffre toujours et n’arrive pas à marcher comme il le souhaiterait.  

L’ami de Fadil est activement recherché par la police.