Live News

Violence domestique : une femme, enceinte de deux mois, et son fils d’un an roués de coups par le compagnon

enfant Des bleus sur le dos de l’enfant.

Preety (prénom modifié), 18 ans et enceinte de deux mois, de même que son fils d’un an, ont été victimes d’une agression, lundi, aux petites heures, à Congomah. L’auteur n’est nul autre que le compagnon de Preety. Celui-ci l’a extirpée du lit avant de la rouer de coups. Mère et fils ont subi des blessures et ont reçu des traitements à l’hôpital.

«Coma dir enn demon inn mont dan so latet », lance Preety, encore sous le choc. Elle ne s’attendait pas à voir son concubin agir de la sorte. « Je l’ai connu sur Facebook », explique la jeune maman. Ils ont décidé, par la suite, de se rencontrer. « Il a déjà deux enfants avec une adolescente », lâche la plaignante. L’homme lui aurait dit qu’il voulait être avec elle.

« Kan monn dir mo fami ki nou pou rest ensam zot inn dacor », poursuit-elle. Ils ont emménagé ensemble il y a environ cinq mois et sont partis habiter à Bambous. « Kat premie mwa, tou ti korek », raconte Preety. Puis, elle a découvert que celui qui partage sa vie bénéficie d’une pension. « Monn truv so cart kot inn ecrir ki li enn pasian sikatrik », confie la jeune femme. Il y a un mois, le comportement de son compagnon a complètement changé. « Linn comans batt mwa pou enn wi pou enn non presk tou le zour. Li pran couto, li pass dan mo lipie kan mo dormi », relate-t-elle.

Il y a quelques semaines, Preety dit avoir reçu un coup de poing et avoir été agressée avec un câble électrique. « Linn batt mwa lor mo lebra », ajoute-t-elle. Dimanche, le couple et le bébé étaient chez un proche de la jeune femme à Congomah. Dans la nuit, la situation a dégénéré. « Tout a débuté à cause d’un cellulaire. Akoz kifer mo pann mett portab lor sarz dan nwar », déplore-t-elle.

Son compagnon est entré dans une rage folle ce soir-là, et l’a agressée. « Linn fer mwa asize coma lor seiz. Monn mett mo la min drwat, linn batt mwa. Mo pe tranble pa pe kapav tini. Mo pe crye », raconte Preety. En entendant du bruit, le petit garçon s’est réveillé. « Mon fils qui n’est pas de lui s’est mis à pleurer car il voulait que je l’allaite. Mon compagnon s’est encore plus énervé. »

En effet, aux dires de celle-ci, son concubin a donné des coups violents au petit. « Linn pran zenfan la, linn pill lor lili. Ena matela resor. Ek linn batt mo garson lor so ledos. » Face à ce bourreau, elle n’a pu s’enfuir. « Monn rod semin pou mo sove. Linn blok mwa », a-t-elle expliqué. C’est dans la terreur qu’elle a passé le reste de la nuit avec son enfant. Ce n’est que mardi matin, qu’elle s’est sauvée. « Mon fils avait de la fièvre. J’ai dit à mon compagnon que je devais l’emmener au dispensaire. Il m’a laissée sortir. J’en ai profité pour alerter la police. Les policiers m’ont alors conduite à l’hôpital avec mon enfant », précise-t-elle. Un préposé du Family Support Bureau a été alerté. Après les premiers soins, mère et fils ont été admis à l’hôpital SSRN, à Pamplemousses. La police de Montagne-Longue a initié une enquête sur cette agression. La version des faits du compagnon est attendue.

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !