Faits Divers

Violence domestique : deux hommes agressés par leurs femmes

fait divers

Deux hommes de la région sud ont été victimes de violence conjugale vendredi et samedi. Ils ont été agressés par leurs femmes et ont porté plainte.

Un infirmier de 32 ans qui habite dans le Sud a été agressé par son épouse, âgée de 26 ans, dans la soirée de vendredi parce qu’il est rentré tard à la maison.

« Mo madam finn ankoler e linn trap mwa avek so de la me, linn mord mwa kot mo lizie e linn pouss mwa anba parski monn rant tar lakaz », explique l’infirmier dans sa déposition samedi à la police. Après avoir porté plainte et muni d’un formulaire 58, il s’est rendu à l’hôpital. Il n’a pas été hospitalisé.

Il explique qu’il a encore des ecchymoses aux yeux et qu’il souffre toujours de fortes douleurs. « Vendredi, je suis sorti avec mes amis et je devrais rentrer à la maison vers les 17 heures, mais je suis rentré vers 21 heures. Ma femme n’a pas du tout apprécié mon retard. Nous sommes mariés depuis un an et demi et j’ai remarqué que son comportement a changé. Elle est devenue très possessive et violente alors que dans le passé, elle était calme. Je fais de mon mieux pour la comprendre », raconte-t-il. Son épouse n’a pas encore donné sa version des faits.

Un agent général d’assurance, âgé de 39 ans, a été agressé samedi matin pour une affaire d’argent. Il aurait l’habitude de confier de l’argent à sa compagne. Samedi, comme il avait besoin d’argent, il s’est rendu dans sa chambre pour le prendre, mais il ne l’a pas trouvé. Il a réclamé une explication à sa compagne, mais celle-ci est restée silencieuse. Il a haussé le ton et c’est alors qu’elle l’aurait giflé à deux reprises et l’aurait griffé sur le corps. Il s’est rendu à l’hôpital pour des soins.

Il raconte que c’est la deuxième fois qu’il se fait brutaliser par sa concubine. « Je la connais depuis sept mois et cela fait déjà deux mois que nous vivons en concubinage. Il y a quelques semaines, elle m’a agressé, mais je n’ai pas porté plainte pensant qu’elle avait agi dans un moment de colère », raconte-t-il.

Après l’agression, la femme a délaissé le toit conjugal pour aller habiter chez sa mère. Elle donnera sa version des faits ce lundi. L’enquête policière se poursuit.