Live News

Violence dans un collège de Port-Louis

Depuis que son fils de 14 ans a été agressé au collège le mardi 28 juin dernier, Martine* est traumatisée. Cette habitante d’un faubourg de Port-Louis se demande sans cesse : « Kout pwin, kout pie... Ki ete ou avoy zanfan lor ring dan lekol ? ». L’image du visage ensanglanté de son fils Henrik* est encore vivace dans son esprit.  Selon ce dernier, tout est parti d’une banale remarque. « Mo ti dan koulwar, enn zanfan Form 1 inn vinn pran plezir lor mo soulie. Lin dir ki so soulie ena plis valer ki mo soulie... Monn reponn li ki mo soulie ena plis valer ki to linz. Aster li komans koz mo ser... », confie l’adolescent au Défi Plus.

C’est à ce moment que la situation a dégénéré et qu’un groupe de collégiens s’est mêlé à la bagarre. Ils ont commencé à frapper Henrik. 

Il a été ensuite poussé dans une salle de classe, loin des caméras de surveillance, où il a été roué de coups. « Laba kat a sink zanfan inn komans bat mwa kout pwin e kout pie », confie-t-il. Les coups ont continué à pleuvoir, puis à un moment donné, sa bouche s’est mise à saigner. « Zon kas mo ledan. Monn gagn kou lor mo fron, lor mo  lamen, mo lipie », ajoute Henrik. 

Quand l’alerte a été donnée par des collégiens, un « caretaker » s’est précipité pour mettre un terme à la bagarre. Avec l’aide d’autres collégiens, il est parvenu à  s’interposer entre la victime ses assaillants. Henrik saignait abondamment de la bouche. « Mo ti pe kras disan. Mo ti krwar mo lalev kinn kase. Ler mo pas mo lalang lor mo bann ledan, mo santi mank enn ledan », dit-il. Inquiet, il s’est rué aux toilettes et il a eu le choc de sa vie. « Mo rins mo labous, disang ti pe kontinie koule. Mo pran mo telefonn mo alim kamera mo gete, mo trouver ki mo mank enn ledan », rlate-t-il. Par la suite, ses parents ont été informés. « Recter inn fer bann garson kinn bat mwa al lakaz. Lerla lekol in telefonn mo paran » affirme la victime qui a le bras plâtré.

Une fois sur place, les parents de Henrik ont été horrifiés. Ils l’ont transporté en toute urgence à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo. Ils déplorent que le collège n’ait rien fait pour les aider. « Lekol pann mem amen li lopital. Li ti pe segne, monn bizin met li lor motosiklet san elmet pou mo amenn li lopital », raconte le père de l’adolescent.  « Inner inn ariv sa agresion, dezer ki lekol in inform so papa. Mo zanfan ti pe perdi bokou disan. Lopital bien pre ar kolez. Rekter ti kapav amen mo zanfan labas », indique la mère.

Son fils, fait-elle ressortir, est toujours hanté par les scènes de cette agression.  « Sa pe res dan so latet. Mo garson inn tromatize », dit-elle. Ce que confirme la victime.  « Mo lame, mo lipie, mo labous fermal. Depi avantyer mo pa  pe kapav manze », confie-t-il.  En présence de ses parents, l’adolescent a porté plainte contre de ses agresseurs au poste de police des Casernes centrales dans l’après-midi de mardi. 

* Prénom fictif

Le député Reza Uteem envisage une question parlementaire sur cette agression

Dans l’après-midi du jeudi 30 juin, le député Reza Uteem, un des représentants de la circonscription no 2 (Port-Louis Sud/Port-Louis Central) a rendu visite à la victime. Il demande aux autorités de mettre sur pied un protocole en cas de violence dans le milieu scolaire. « Pandan innerdtan, zot finn les zanfan la koumsa mem. So ledan inn kase. innerdtan apre ki zot finn kontacte so bann paran. Li inaksptab. Nou anvoy nou zanfan pou gagn ledication dan lekol pa pou gagn lager. Nou pou soutenir la famille. Mo pou soulev la kestion dan parlman », a-t-il déclaré au Défi Plus.

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !