Faits Divers

Viol allégué d’une septuagénaire - La victime : «Li dir mwa pa fer tapaz sinon to mor la»

Le suspect, Kursley Favory.

Nuit digne d’un film d’horreur pour une dame de 70 ans. Domiciliée dans un quartier de l’ouest de l’île, elle allègue avoir été victime d’une agression sexuelle le 7 janvier dernier à son domicile. Ce n’est que trois jours après les faits que la victime a porté plainte à la police. Kursley Favory, 40 ans, suspect dans cette affaire, a été arrêté dans la soirée du samedi 11 janvier. Il nie les faits.

La retraitée, qui vit seule, a relaté les faits à un proche avant de dénoncer son agresseur. La victime soutient que mardi, vers 22 heures, elle était dans sa chambre, quand elle a été surprise par un intrus. « Une fenêtre était ouverte et il a pu atteindre la clé de la porte pour avoir accès à la maison », relate la victime. Une fois à l’intérieur de la maison, il s’est dirigé vers la chambre de la dame. « Il était torse nu. Il avait refermé la porte et la fenêtre, et avait tiré les rideaux. Il m’a violée. J’ai crié, mais il n’y avait personne. Il me disait des choses vulgaires et dégoûtantes », se souvient la septuagénaire, encore sous le choc. Pour éviter que celle-ci continue d’appeler à l’aide, le suspect lui a dit : « Pa fer tapaz. Si to koze, to mor la. » Ces mots ne cessent de la hanter.

La victime n’a pu se défendre. Sa sale besogne terminée, le suspect a pris la fuite. Traumatisée par cette agression, la victime a finalement relaté ce qui lui était arrivé à un proche. Vendredi soir, la police a procédé à l’arrestation du suspect. Au cours de son interrogatoire placé sous la supervision du SP Sam Bansoodeb,  Kursley Favory, connu des services de police pour vol et délits de drogue, a nié avoir agressé sexuellement la septuagénaire. 

Toutefois, il a été confronté à la victime. Celle-ci l’a identifié comme étant son agresseur. Puis, la dame a été conduite à l’hôpital de Candos pour être examinée. Elle a été admise sous observation. Quant au suspect, il a comparu devant la Bail and Remand Court samedi matin. Il répond d’une charge provisoire de viol. Il demeure en cellule policière. « Je le connais. Il habite la localité et se drogue. Il a déjà fait de la prison. Jamais je n’aurais pensé vivre un tel traumatisme. Je suis encore en état de choc », lâche-t-elle. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !