Magazine

Vinesha Bissoondeeal : la muse en scène

Vinesha Bissoondeeal Vinesha Bissoondeeal, une scientifique qui a craqué pour la scène.Credit photo : Umar Timol et Christopher Ratsizoanen

Quand le théâtre transcende l’être, il parvient à briser la timidité et faire remonter des émotions. À elle seule, Vinesha Bissoondeeal a endossé la peau d’une vieille folle au Caudan Arts Centre dans la pièce d’Umar Timol, Le journal d’une vieille folle, mise en scène par Gaston Valayden.

Elle a la trentaine, elle est une scientifique. Pourtant, c’est pour les planches qu’elle craque et fait craquer... Qui aurait cru que Vinehsa Bissoondeeal ne compte que deux ans d’expérience dans l’univers du théâtre ? « La première fois a été la bonne », lance-t-elle d’emblée.

Possédée par le théâtre, elle habite la scène, transcende ses émotions et les transmet au public. « Si j’ai choisi le théâtre, c’est pour pouvoir incarner plusieurs personnages. » Amoureuse de mots et de lecture depuis toute jeune, elle confie avoir toujours souhaité évoluer dans l’univers culturel et artistique. « Mais ma timidité a souvent été plus forte que moi. »

Fascinée par tout ce qui touchait de près ou de loin au théâtre, la jeune femme côtoie cet univers qui lui plaît tant à travers la Trup Sapsiway. Elle participe à une masterclass, Le Corps en jeu, animée par Brian Henninot et Clémence Rouzier. Elle approche Gaston Valayden lors d’une rencontre et lui fait part de son souhait d’intégrer la troupe.

De l’envers du décor à la lumière

Dès juillet 2017, Vinesha Bissoondeeal découvre l’envers du décor en travaillant comme régisseuse lumière pour la pièce Le Neveu de Daniel Labonne. « Durant cette même année, j’ai eu la chance d’être sur scène lors de la Sware poezi, de la 12e édition du Festival Internasional Kreol. J’avais récité le poème Ti bato papye d’Alain Fanchon, accompagnée sur scène par le musicien Menwar. »

Une scène en entraîne une autre. Gaston approche Vinesha Bissoondeeal pour jouer le rôle principal dans Le journal d’une vieille folle. Elle tombe amoureuse du texte, du personnage et de tout ce qui les entoure. « Dès la première lecture, les émotions sont remontées, je voulais déjà le rôle, j’avais envie de dire ces mots. Je n’ai d’ailleurs pas eu à me poser de questions et Gaston a fait le travail remarquable de réussir à ramener mes émotions vers le public. »

La pièce est jouée pour la première fois à la salle de la troupe Sapsiway à Roche-Brunes en septembre 2018. Elle revient plusieurs mois plus tard sur la scène du Caudan Arts Centre. « Aujourd’hui, je me rends compte de ma chance inouïe d’avoir joué un monologue sur une aussi grande scène. Je n’ai pas stressé concernant cette responsabilité, je voulais juste jouer la pièce fidèlement sans pression. »

La comédienne a aussi appris à travailler avec une troupe. « Rejouer la pièce impliquait de se surpasser devant un public qui, pour la majorité, l’avait déjà vu une première fois mais c’était un challenge à revivre pour moi.  » Vinesha Bissoondeeal prévoit plusieurs autres projets théâtraux à venir avec la troupe Sapsiway. Un talent à suivre.