Live News

Villas de Rs 15 Md aux Salines Koenig de NMH : le projet obtient le feu vert deux jours avant les élections

Salines Koenig de NMH 220 villas de grand luxe et un golf de dix-huit trous verront le jour à Les Salines Koenig, à Rivière-Noire.

Le ministère de l’Environnement a émis, le 5 novembre, soit à deux jours des législatives, la licence Environmental Impact Assessment à Les Salines PDS, branche de New Mauritius Hotels (NMH), pour la construction de 220 villas de grand luxe et un golf de dix-huit trous pour une somme globale de Rs 15 milliards.

Propriétaire de 365 arpents à Les Salines Koenig, à Rivière-Noire, New Mauritius Hotels (NMH) caresse l’idée d’exécuter un vaste projet comprenant 220 villas de grand luxe et un golf de dix-huit trous. Coût de l’investissement : Rs 15 milliards.

En juin, une demande pour l’obtention d’une licence Environmental Impact Assessment (EIA) avait été faite auprès du ministère de l’Environnement. Ce dernier, après examen du projet et son impact sur l’environnement, a décidé de donner sa bénédiction. La licence a été octroyée le 5 novembre.

Le promoteur compte démarrer la construction durant le second trimestre de 2020 et projette de procéder par phases. Le projet devrait être complètement terminé en 2033.

Toutefois, vu la somme financière du projet, le groupe, plus connu sous sa marque Beachcomber, ne se lance pas seul dans l’aventure. Le projet sera conduit par Les Salines PDS Ltd, qui appartient à Semaris Ltd, propriété de NMH. Toutefois, à la suite d’un joint venture entre Semaris et Safran Landcorp le 23 octobre, cette dernière entrera à hauteur de 50 % dans le capital de Les Salines PDS Ltd pour mener à bon port ce projet qui porte le nom d’Imperia Golf Estate.

 « Le projet offrira des villas luxueuses avec des vues paradisiaques de montagnes, incluant Le Morne, mais aussi du lagon et de l’île-aux-Bénitiers. Le design des villas permettra une intégration harmonieuse dans le paysage tout en offrant la discrétion et la sérénité », explique le promoteur dans son rapport EIA.

Le souci est cependant qu’une partie du terrain est écologiquement concernée. Le promoteur soutient avoir pris en compte cet aspect et assure que les dégâts à la faune et à la flore seront minimisés autant que possible. Les salines se situant sur le terrain seront transformées en marécages permanents. On parle ici d’une surface de six hectares.

Un autre fait : plus de 50 types de plantes indigènes sont répertoriés sur le site. Un certain nombre d’espèces d’oiseaux y trouve également refuge. Le promoteur s’engage à « créer un nouveau marécage qui serait au moins équivalent, voire meilleur que ce qui existe, afin qu’il puisse être un bon habitat pour les oiseaux et la flore. Pour des raisons liées à l’écologie et à la conservation, et pour procurer un havre de paix et pour être une attraction importante pour les visiteurs ». 

À travers ce projet, le promoteur espère pouvoir attirer des clients français, sud-africains et d’autres pays de la Communauté européenne. Les Mauriciens qui ont les moyens peuvent également faire acte de candidature pour l’achat d’une propriété.

Quatre types de villas sont proposés aux acheteurs potentiels. Ceux-ci ont une superficie allant de 240 à 403 m2. Elles seront sur des terrains ayant une superficie allant de 1 075 m2 à 3 120 m2 et chaque villa aura soit une vue sur la mer soit sur le golf. Certaines auront les deux. Durant la phase de construction, 300 à 400 personnes seront à l’œuvre.

Ce projet vient compléter un autre projet de NMH. Celui-ci se situera en bord de mer. À travers sa compagnie subsidiaire Beachcomber Hospitality Investments Ltd, elle compte y investir Rs 3 milliards dans un complexe qui comprendra 320 chambres et 56 unités familiales. La demande pour un permis EIA avait été déposée fin 2017. Le ministère de l’Environnement l’a octroyé en décembre de l’année dernière.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !