People

Vikash Pabaroo : un homme de passions

Vikash Pabaroo Vikash est un passionné de la nature, de photographie, de cinéma et de voyages.

Si aujourd’hui Vikash Pabaroo est son propre patron, c’est grâce à son expérience en Grande-Bretagne et à son savoir-faire. Rencontre avec un fervent adepte de l’événementiel.

En moins de deux ans, le restaurant Dolce Vita du Domaine Les Pailles a renoué avec le succès grâce aux efforts et au dévouement de Vikash Pabaroo. « Le lieu était abandonné depuis plus de six ans, explique-t-il. Puis, un investisseur chinois a acheté l’emplacement et m’a confié la responsabilité de relooker le restaurant pour le faire revivre. »

Après plusieurs travaux de rénovation et un gros investissement, le restaurant a fait peau neuve.

« En plus de gérer les activités de Dolce Vita, j’ai développé un nouveau concept appelé Karma Lounge, ajoute-t-il. Il concerne l’organisation d’évènements tels que les mariages, anniversaires, fiançailles, etc, au Dolce Vita. Au total, cela demande une dizaine d’employés. »

Cependant, la réussite du restaurant ne va pas durer car le contrat sera résilié ce 31 juillet en raison des travaux du Smart City qui débutent bientôt dans la région. « Je n’ai aucun regret car en moins de deux ans, nous avons organisé plus d’une centaine d’évènements et des défilés de mode, confie Vikash Pabaroo. De plus, le restaurant a enregistré un bon chiffre d’affaires durant cette période. »

Spécialiste des activités festives

Depuis trois ans, il gère aussi une entreprise spécialisée dans l’évènementiel, Sunset Karma, créée pour organiser des activités festives au niveau national dans les stades, les hôtels et sur d’autres grandes plateformes. « À titre d’exemple, à l’occasion de la Fête de la lumière et avec la collaboration des sponsors, j’organise une grande soirée qui réunira 5 000 personnes. Par ailleurs, deux fois par an, on organise la Bombay Nite qui connaît un grand succès auprès des Mauriciens. » Les hôtels sont aussi friands des fashion shows signés Vikash Pabaroo. 

D’où lui est venu l’idée de se lancer dans la restauration et l’évènementiel ? Après ses études secondaires, Vikash s’envole pour l’Angleterre pour des études en Strategic Management à Kingston University. « Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai décroché un emploi dans le département de Brand Management dans le World Duty Free Shop avant de devenir F&B Manager dans un hôtel de renom à Londres. »

Avec 12 ans d’expérience dans le monde du travail et un passeport britannique, Vikash décide de rentrer au bercail. « Je n’avais jamais eu l’intention de m’établir à l’étranger et mon but était d’utiliser mes expériences et mon savoir-faire pour faire quelque chose de nouveau à Maurice. »

À son retour, il rejoint le ministre Étienne Sinatambou en tant que Public and Relations Officer. « Les deux ans passés au ministère, riches en expérience, m’ont permis d’évoluer davantage. » Puis, Vikash décide de se mettre à son propre compte en lançant Sunset Karma. « Les activités se portent bien dans le secteur de l’évènementiel même s’il y a bon nombre de défis à relever, souligne-t-il. Pour organiser un évènement, il faut avoir cinq permis et cela demande de s’adresser à cinq différentes autorités. Cela prend beaucoup de temps. » L’entrepreneur déplore aussi le manque de lieux appropriés à Maurice pour organiser des évènements.

Actif dans le social

Hormis ses engagements dans la restauration et l’évènementiel, Vikash Pabaroo, célibataire, est un passionné de la nature, de la photographie, de cinéma et de voyages. Il gère un Nursing Home à Curepipe. « Au fait, à mon retour d’Angleterre, ma grand-mère maternelle est tombée malade et ma mère et moi, nous avons décidé d’ouvrir une maison de soins, précise-t-il. C’est ainsi que Nightingale est née, il y a dix ans, et les services sont souvent bénévoles pour ceux qui sont confrontés à des difficultés financières. »

Des projets, encore et toujours !

Des projets, Vikash Pabaroo en a. Il veut introduire le concept Karma Lounge dans la région des Plaines-Wilhems, un Shisha Corner, de la bonne cuisine à des prix raisonnables, un coin de spiritualité, des lumières sombres… « Je cherche un emplacement accessible aux jeunes Mauriciens. » Il souhaite concrétiser ces projets d’ici fin 2018. Pour l’instant, notre jeune battant prépare une soirée Bollywood à Londres.