Faits Divers

[Vidéo] Saisie de drogue à Résidence Kennedy: le colis de 5,6 kilos d’héroïne jeté en mer par un mystérieux vaisseau

Samantha Chowrimoothoo s’est prévalue de son droit au silence, après la perquisition policière chez elle et qui a permis à la saisie de drogue et de l’attirail du parfait dealer.
L’Adsu soupconne que les 5,6 kilos d’héroïne ont été livrés en haute mer, plus tôt, mercredi. Le cerveau de l’opération serait l’époux de Samantha Chowrimoothoo, Curly, incarcéré à la Prison centrale depuis 2014. Quatre ans après l’arrestation de Dereck Jean-Jacques, dit Gro Derek, pour trafic de 12 kg d’héroïne, évaluée à plus de Rs 180 millions, les autorités policières ont mis au jour une autre grosse affaire. Dans le cas présent, il paraît que la drogue provenant de Madagascar jetée en haute mer, puis récupérée par des vedettes rapides, avant d’être transportée sur la terre ferme en pirogue. C’est en se basant sur ce scénario que la brigade antidrogue et les commandos de la National Coast Guard (NCG) ont mené une vaste opération, dans la journée de mercredi. Elle s’est soldée par la saisie de 5,6 kg d’héroïne chez Samantha Chowrimoothoo, à Résidence Kennedy, Quatre-Bornes. L’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) avait obtenu des renseignements sur une grosse livraison de drogue en haute mer. Avec l’aide des commandos de la NCG, diverses équipes, sous la direction de l’adjoint au commissaire de police Choolun Bhojoo, ont gardé l’œil sur un bateau de plaisance mouillant au Caudan, Port-Louis, ainsi que sur des pirogues opérant dans différentes régions de l’île. Après avoir mis le cap sur une destination inconnue, l’équipage du bateau de plaisance a été cueilli à son retour, tout comme plusieurs pêcheurs à Baie-du-Tombeau. Cependant, ils ont été libérés, car rien de compromettant n’a été trouvé sur eux.

Soupçons

La décision a alors été prise de perquisitionner la maison de Curly Chowrimoothoo, condamné il y a deux ans, avec son frère Steve, à 25 ans de prison. C’est sur place que tous deux avaient été arrêtés en 2011 avec de l’héroïne d’une valeur d’un million de roupies. Quand l’équipe du DCP Bhojoo débarque sur place vers 23 heures, deux suspects ont immédiatement pris la poudre d’escampette. Cinq bouteilles de lessive de fabrication malgache soupçonnées d’avoir contenu de la drogue ont été saisies, ainsi que tout l’attirail du parfait dealer, des portables et un téléphone satellitaire, confirmant les soupçons de livraison en mer. L’opération s’est passée en présence de Samantha Chowrimoothoo. Le contenu des deux bouteilles avait été vidé dans des sacs de lait en poudre, pour les préparer à la vente. D’après son degré de pureté, la valeur du brown sugar, qui semble avoir été livré le même jour, est estimée à plus de Rs 100 millions. La femme de 24 ans s’est prévalue de son droit au silence. Lors de son passage en Cour de Rose-Hill, jeudi, elle a été inculpée de trafic de drogue. L’Adsu examinera ses relevés téléphoniques après avoir obtenu un Judge’s Order. Elle passera aussi au peigne fin les mouvements des vaisseaux faisant le trajet depuis Madagascar pour identifier lequel a pu balancer la drogue dans les eaux mauriciennes.

Curly, dit Nana, le parrain présumé

L’enquête s’orientera enfin vers la Prison centrale où Curly Chowrimoothoo est incarcéré, dans l’attente de son appel de sa condamnation à 25 ans de prison. Surnommé Nana, cet homme de 28 ans a été arrêté après trois mois de cavale en 2012. Il est accusé dans l’affaire des deux chemises contenant Rs 1,5 million d’héroïne expédiées par colis express de Madagascar. Il était en liberté conditionnelle dans l’affaire d’une Malgache qui avait passé Rs 4,5 millions d’héroïne en 2010. En 2011, Nana a été arrêté par l’Adsu dans l’enquête ouverte sur la mort d’un ex-militaire sud-africain. Il avait de l’héroïne d’une valeur de Rs 18 millions dans son estomac. Une des boulettes de drogue s’était rompue dans son système digestif. Les coordonnées de son oncle, France Townsend, trafiquant de drogue déjà condamné, ont été relevées dans le répertoire téléphonique de la victime.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !