Live News

Victimes d’un chef de famille odieux : la vie traumatisante de Nathalie et ses enfants

L’histoire est racontée par une mère. Elle dénonce les agissements d’un père incestueux, son propre mari. Elle avance qu’il se livre à des attouchements sur ses deux garçons, âgés de 8 et 10 ans. Le cas a été rapporté à la Child Development Unit (CDU) et le suspect a passé une semaine en cellule, avant d’être libéré sous caution. Son épouse dit beaucoup souffrir entre les mains de cet homme qui les prive, elle et ses trois enfants, de tout : nourriture et confort.

On l’appellera Nathalie. Elle est âgée d’une trentaine d’années. Cette jeune mère de trois enfants, dont un bébé d’un an, affirme vivre, depuis plus de dix ans, une vie des plus traumatisantes. Son mari la maltraite et commet des attouchements sur ses propres enfants de 8 et 10 ans, au point que le deuxième fils est mentalement perturbé. De plus, il les prive de nourriture. « Il lui arrive de consommer un take-away devant les enfants sans leur donner une seule cuillère, proférant même des jurons à leur encontre s’ils le regardent manger. »

Bien que le couple soit marié civilement, l’homme empêche sa femme d’utiliser quoi que ce soit dans la maison. « Il dit que tout lui appartient. Je ne peux rien utiliser dans la cuisine. La machine à laver non plus. Je n’ai pas le droit d’allumer la télévision. Il a même pris mon matelas. Je n’ai aucun droit dans la maison. Ni moi, ni mes enfants. »

Elle poursuit : « Nous n’avons pas le droit de manger dans la maison même si c’est moi qui aie acheté la nourriture ou que nous l’avons reçue de ma mère. Nous mangeons quand il n’est pas là. Quand mes enfants mangent, je fais le guet à la porte d’entrée, de peur que mon mari n’arrive et ne les surprenne. Des fois, il fouille dans la poubelle pour examiner les restes afin de savoir ce que nous avons mangé. »

Dès qu’il a appris que j’étais enceinte, il a commencé à me négliger.

Bien que son mari ait un emploi, il prive sa famille de tout confort. Pour subvenir aux besoins de ses enfants, Nathalie travaille à son propre compte. Mais ce qu’elle gagne est insuffisant et souvent, ils n’ont rien à se mettre dans le ventre, dit-elle.

Elle raconte que ses deux fils ne sont pas bien équipés pour se rendre à l’école. « Les chaussures de mon fils aîné étaient cassées mais il a continué à les porter pour aller à l’école puisqu’il n’en avait pas d’autres. Touchée par ce qu’elle a vu, c’est son enseignante qui lui a offert une paire de chaussures et quelques vêtements. » Elle ajoute que durant ce rude hiver, ses enfants n’ont pas eu de vêtements chauds à porter.

Comme elle est privée de pas mal de choses, Nathalie lance un appel à l’aide. Elle a besoin d’un matelas, de vêtements et de chaussures pour ses enfants. Et aussi de quelques ustensiles de cuisine. Sans oublier un peu de provisions et des couches pour bébé.

Un drame après l’autre

Au début des années 1990, tout allait bien pour Nathalie qui est née dans le district des Plaines-Wilhems. Ses deux parents étaient encore là et elle faisait partie d’une fratrie de cinq enfants, trois garçons et deux filles. Puis, il y a dix ans, son père est décédé. Et il y a trois ans, la famille a été marquée par un drame épouvantable. Un des frères de Nathalie, le deuxième des enfants, a été porté disparu un soir dans le district de Rivière-Noire. Il avait 40 ans. Si l’on a retrouvé des objets lui appartenant, on n’a jamais retrouvé son corps. « À l’endroit où il a peut-être été vu pour la dernière fois, une caméra de surveillance avait déjà été installée mais elle n’était pas encore activée. Malheureusement… »

Comme sa mère était employée dans une école et que son père quittait souvent l’île pour aller travailler à l’extérieur pendant de longs mois, Nathalie a été élevée par sa grand-mère jusqu’à l’âge de dix ans, quand cette dernière est décédée. Après l’école primaire, elle a continué ses études secondaires jusqu’au Grade 10. Puis elle a été forcée de mettre fin à sa scolarité quand sa mère est tombée malade. Il n’y avait personne pour prendre soin d’elle, alors Nathalie a tout arrêté pour s’occuper de sa maman.

Elle travaille à son propre compte.

Elle avoue cependant qu’elle n’a jamais été intéressée par les études académiques. Elle a toujours été passionnée par le sport, surtout la natation. Elle pratiquait aussi le judo et le karaté. Elle aurait pu aller loin, même représenter Maurice aux Jeux des îles, mais les choses devaient tourner mal pour elle quand elle a développé une sévère infection aux poumons. Elle est restée clouée au lit pendant trois mois.

Rencontre fatidique

Quand elle a été guérie, Nathalie a trouvé un job comme baby-sitter avant de suivre une formation en hôtellerie. Elle a aussi pris des cours d’artisanat. Un jour, une amie lui a présenté celui qui allait devenir son mari. Une rencontre fatidique.

Nathalie avait 19 ans lorsqu’elle s’est fiancée et toujours le même âge quand elle s’est mariée. Au commencement, tout se passait bien au sein du couple. Jusqu’à ce que la jeune femme tombe enceinte de son premier enfant, à l’âge de 23 ans. Elle explique que son mari a alors complètement changé, pour montrer un visage qui allait transformer sa vie en enfer. « Dès qu’il a appris que j’étais enceinte, il a commencé à me négliger. Comme il était très proche de sa mère, il était plus souvent chez elle qu’à mes côtés. Quand notre fils est né, il n’était pas là. Il n’est venu le voir que 40 jours après. C’est moi qui ai dû déclarer l’enfant. »

La relation conjugale a empiré après le décès de la belle-mère de Nathalie. Elle se souvient que son mari a fui ses responsabilités, surtout en tant que père. Il n’achetait rien pour l’enfant, ni lait ni couche.

Point de non-retour

Même si cela n’allait plus du tout dans le couple, deux autres enfants sont nés. Selon Nathalie, son époux s’est mis à la tromper, tandis qu’il se montrait de plus en plus agressif envers elle. « Il allait jusqu’à raconter en détail devant les enfants ce qu’il faisait avec sa maîtresse. »

Et puis, il y a eu les attouchements. « D’abord, il a commencé à dormir nu dans la chambre de nos deux fils. Un jour, j’ai surpris sa main sur les parties intimes de mon fils aîné. Ce dernier a un léger retard mental et il ne s’exprime pas toujours. Par contre, mon deuxième fils s’est plaint de l’attitude de son père. Il m’a parlé des ‘jeux’ pratiqués par son papa. Et j’ai noté que cela l’affectait. À l’école, il a commencé à déchirer les pages de son cahier. Depuis, il est suivi par un psychologue. » Nathalie ajoute qu’elle peut montrer une vidéo sur laquelle on voit son mari tout nu sur le lit avec ses fils.
Dénoncé à la Child Development Unit (CDU), le père a été arrêté par la police, inculpé, placé en détention à Grande-Rivière, puis libéré sous caution après huit jours derrière les barreaux.  L’affaire est maintenant entre les mains de la justice. « Nous avons fait ce que nous pouvions faire, c’est désormais à la justice de décider », a déclaré la CDU à la rédaction. « Ce à quoi j’aspire, c’est la protection de mes enfants. Si je pouvais obtenir une ‘occupation order’, cela m’arrangerait beaucoup », dit Nathalie, qui a retenu les services d’une avocate.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !