Faits Divers

Victimes de vol en Grèce : Fardeen Deedarun et sa famille récupèreront bientôt leurs papiers

Fardeen Deedarun a pu contacter notre ambassade à Bruxelles.

Après le traumatisme, la solidarité. Dévalisé à peine arrivé à Athènes, Fardeen Deedarun, qui y séjourne avec femme et enfants, a commencé à voir les mains se tendre : des Mauriciens lui ont envoyé de l’argent et notre ambassade à Bruxelles va refaire les passeports.

Victimes d’un vol en plein quartier commerçant, au pied de l’acropole d’Athènes, ils ont perdu toutes leurs affaires. Fort heureusement, Fardeen Deedarun et les siens peuvent commencer à respirer. D’ici peu, ils seront de nouveau en possession de leurs papiers et de tous les documents nécessaires pour rentrer au pays. L’habitant de Port-Louis a pu envoyer des photos d’identité à notre représentation à Bruxelles pour les duplicatas. De l’argent a également pu lui être envoyé par un parent et, dans un élan de solidarité, un Mauricien sur place lui a apporté son aide. Son appel au secours sur Internet, relayé par Radio Plus, a été donc entendu.

Au sein du ministère des Affaires étrangères, on indique que tout a été vite fait afin que le Mauricien puisse avoir ses documents en règle et que sa famille et lui puissent voyager et retourner au pays. « Ce n’est pas quelque chose de compliqué. Mais quand on est dans un pays étranger et qu’on perd des documents importants, alors de facto, on panique », indique un cadre. Celui-ci rappelle que la démarche à suivre est de porter plainte au poste de police de la localité et de téléphoner à sa banque afin de faire bloquer les cartes bancaires. « Il faut également essayer de voir s’il y a un consulat dans le pays. Par la suite, il doit suivre les instructions selon la section protocole au sein du ministère », fait-il comprendre. 

Le Mauricien est à Athènes avec son épouse et ses trois enfants depuis le jeudi 20 février. Le sac qui a été volé contenait les cinq passeports, les cartes de crédits et l’argent, soit 2 700 EUR. Du coup, il a tout perdu. Une expérience traumatisante qui vient troubler un séjour en Grèce devant s’achever le samedi 29 février 2020, avant le vol pour Istanbul et le retour à Maurice. 

Selon Fardeen Deedarun, les policiers grecs n’ont été d’aucune aide, se contentant de dire que le cas est courant et qu’il faut s’adresser à son ambassade. « Et nous n’en avons pas en Grèce. C’est incroyable de voir comment la police ici nous laisse seuls, bien que ma femme ait pleuré. J’ai pu communiquer avec l’ambassade de Maurice à Berlin et j’ai envoyé le rapport de vol à celle de Paris. Mais elles étaient fermées », explique-t-il. Le dernier développement apporte un réel soulagement. Les cinq Mauriciens sont hébergés à l’hôtel Solonos, situé dans le quartier commerçant et chic de Kolonaki, à Athènes. 

Le modus operandi des voleurs

Revenant sur sa mésaventure, Fardeen Deedarun et sa famille étaient en train de marcher sur une route piétonne très fréquentée aux abords de la célèbre Acropole, quand ils ont été pris au piège. « Soudain, un de mes enfants m’a dit : Papi, ena bocou lapintir lor to linz derier. Effectivement, j’ai remarqué qu’il y en avait et j’ai réalisé qu’il y avait aussi de la peinture sur le manteau de ma femme. Alors, nous nous sommes arrêtés et avons commencé à nettoyer nos vêtements. J’ai retiré ma veste avec mon sac et je me concentrais sur le nettoyage. Puis. un homme est venu nous aider. Il se montrait très attentionné et nous aidait à nettoyer. Ce n’est qu’après que nous avons réalisé que c’était un stratagème pour nous distraire et nous voler. Tout est allé si vite que nous n’avons pas eu le temps de comprendre », explique-t-il.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !