Live News

Victime de violence domestique : elle ébouillante son époux pour le corriger

Photo Illustration – Voulant donner une leçon à son mari, l’épouse décide de l’ébouillanter dans son sommeil.

Victime de violence domestique, une femme de 24 ans a voulu donner une leçon à son mari violent, en l’ébouillantant pendant son sommeil. Les faits se sont produits aux petites heures du mercredi matin 2 décembre. L’état de santé de l’époux est jugé alarmant. 

Une femme de 24 ans, qui réside à Argy, Flacq, a été arrêtée par la police de la localité sous une accusation provisoire de tentative de meurtre sur son époux. C’est aux alentours de 5 heures, mercredi 2 décembre, que la police a reçu un appel de secours de l’époux âgé de 22 ans. Lorsque les policiers sont arrivés sur place, l’homme en question se trouvait sur un matelas. Il portait des traces de brûlures sur le corps et se tordait de douleur.

Interrogé par les policiers, le jeune homme a confié que sa femme l’a ébouillanté pendant qu’il dormait profondément sur un matelas posé à même le sol. Le SAMU a tout de suite été sollicité et l’homme a été transporté à l’hôpital de Flacq avant d’être transféré à l’hôpital Victoria, à Candos, où il a été admis à l’unité des soins intensifs. 

Quant à sa femme, elle a été arrêtée le même jour. Lors de son interrogatoire, elle a expliqué qu’elle voulait donner une leçon à son mari violent. Ce dernier, en état d’ivresse, lui aurait infligé plusieurs coups dans la soirée du mardi 1er décembre. Elle a affirmé que ce n’était pas la première fois qu’il la frappait et qu’en août dernier, elle avait déposé une plainte contre lui pour violence domestique.   Très tôt, mercredi matin, elle a fait bouillir de l’eau et l’a déversé sur son époux qui dormait. L’épouse a déclaré aux policiers qu’elle ne pouvait plus endurer les coups de son mari. Après son interrogatoire, elle a été placée en détention policière.

Arrêtée sous une charge provisoire de tentative de meurtre, elle a comparu devant le tribunal de Flacq le jeudi 3 décembre. Étant donné que la police a objecté à sa remise en liberté conditionnelle, elle a été reconduite en cellule policière.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !