Live News

Vencen, 35 ans, victime d’un accident - Sarah : «Se limem kinn grandi nou»

Vencen Stevy Wonder Ivon avait de grandes ambitions pour sa famille.

Victime d’un accident de la route, le dimanche 27 novembre, à Mapou, Vencen Stevy Wonder Ivon, 35 ans, est décédé sur le coup. Issu d’une famille modeste et orphelin de père depuis son très jeune âge, Vencen avait sacrifié ses études pour être celui qui ramenait le pain à la maison. « Dan lespas 1 ½ an, mo finn perdi mo mama ek mo de gran frer, li pa fasil ditou », pleure l’une des sœurs, qui s’est confiée au Défi Plus.

Vencen Stevy Wonder Ivon, 35 ans, laisse derrière lui une épouse, deux fils âgés de 18 ans et quatre ans respectivement et deux sœurs. Né à Résidence Barkly, Beau-Bassin, Vencen est tombé sous le charme de Vanessa, une habitante de Sainte-Croix. Après s’être marié avec sa dulcinée, le jeune homme a élu domicile dans la localité de sa bien-aimée, avant d’emménager dans un appartement en colocation, à Grand-Baie, il y a quelques mois. Cela car Vencen avait pris un emploi et ne pouvait faire le va-et-vient tous les jours, selon Sarah, l’une des sœurs du jeune homme.

Vencen est décrit comme étant une personne qui a à cœur sa famille. « Mo frer ti vinn Sainte-Croix pou vinn get so bann zanfan. Kan li ti pe retourne, lor sime Mapou linn trouv la mor », témoigne Sarah, en fondant en larmes. C’est dans la soirée du dimanche 27 novembre, le long de la route principale de Mapou, que Vencen Stevy Wonder Ivon a rendu l’âme. Cela, après avoir été victime d’un accident de la route, impliquant sa motocyclette et une fourgonnette. À l’arrivée des policiers, le corps inerte du jeune homme a été retrouvé allongé au sol. Le médecin urgentiste du SAMU n’a pu que constater son décès sur place. Le rapport de l’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, médecin légiste de la police, a attribué la cause de sa mort à de multiples blessures.

Trois jours dans le coma après un accident de travail

La famille de Vencen est accablée par ce drame. Issu d’une fratrie de quatre enfants, notamment un frère, deux sœurs et lui-même, Vencen a été élevé par une mère célibataire. Selon Sarah, qui est un an son cadet, Vencen a commencé à travailler depuis l’âge de 16 ans. « C’est dans une pâtisserie qu’il a fait ses débuts dans le monde du travail. Il faisait des gâteaux. ‘Nou inn grandi san enn papa ek se limem kinn grandi nou’ », raconte-t-elle. À l’âge de 18 ans, Vencen a rejoint une compagnie comme opérateur de grue. Cependant, après un accident au travail, Vencen est resté dans le coma pendant trois jours. « Li ti tonbe depi sa masinn la. Li ti reste dan koma. Kan linn bien lerla linn sanz metie », explique la sœur.

Décrit comme étant un homme rempli de gaieté et de bonne humeur, « Vencen avait pour rêve de construire une belle et grande maison pour sa famille dans la région de Flic-en-Flac. Là où il a passé son enfance ». Selon les témoignages de ses proches, Vencen se portait toujours volontaire pour venir en aide à la famille ainsi qu’aux amis. Afin de combler son temps libre, il aimait aller pêcher, faire du sport et passer du temps avec sa famille.

Sarah confie qu’elle éprouve un sentiment de solitude et de grande tristesse. « Dan lespas 1 ½ an, mo finn perdi mo mama ek mo de gran frer, li pa fasil ditou », déplore-t-elle. En effet, le 19 mai 2022, sa mère est décédée à l’âge de 59 ans, suite à une attaque cérébrale. Quelques mois plus tôt, soit le 11 mars 2021, elle a perdu son frère aîné (36 ans), qui souffrait d’une pneumonie. « Dan lafami, tou bann pli gran inn fini ale. Bien difisil sa », ne cesse de répéter Sarah, en pleurant à chaudes larmes. Celle-ci relate que ses frères et sa sœur n’ont pas connu une enfance facile. « Mais nous étions très soudés. Nous étions toujours présents pour l’autre. Nous étions heureux ensemble », se remémore-t-elle.

« Motosiklet pena lavenir ladan, al perdi lavi ek sa »

Tout ce dont souhaite Sarah est que la justice sera intransigeante dans cette affaire. « Je demande à ce que la justice soit très sévère, ‘parski kan inn amenn lekor mo frer, mo ti nepli rekonet li. Mark partou lor li. Inpardonab sa seki finn ariv li », lâche cette sœur anéantie par le chagrin. Depuis ce drame, la trentenaire, qui est mère d’un garçon de 12 ans, est traumatisée. Assise aux côtés de son fils, Sarah s’exclame en se tournant vers le petit bonhomme, « zame to vinn dir mwa ki tonn aste enn motosiklet ou to pe al roul motosiklet. Fini, mo nepli oule tann parle motosiklet ankor parski pena lavenir ladan, al perdi lavi ek sa », sermonne-t-elle l’enfant.

« Le motocycliste a brusquement changé de voie », explique la partie adverse

C’est aux alentours de 20 heures que le drame s’est joué le long de la route principale de Mapou, dans la soirée du dimanche 27 novembre. Peu après l’accident, le chauffeur de la fourgonnette (partie adverse) a déserté les lieux. Il s’est rendu directement au poste de police de Goodlands. L’alcootest pratiqué sur ce dernier s’est révélé négatif. Selon les explications du chauffeur de la fourgonnette lors de son interrogatoire, il venait de Goodlands et se dirigeait vers Roche-Terre. Et, à un moment donné sur son trajet, Vencen, qui était au guidon de sa motocyclette, aurait brusquement changé de voie, avant de heurter la fourgonnette. Le motocycliste venait dans la direction opposée, selon lui. Une accusation provisoire pour homicide involontaire a été retenue contre le chauffeur de la fourgonnette, un habitant de Grand-Gaube, âgé de 44 ans.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !