People

Varshabye Cooshnea : quand la passion force le destin

Varshabye Cooshnea a dû se lancer dans l’artisanat pour financer ses études supérieures.

Aujourd’hui, cette activité est devenue sa principale source de revenus. Son entreprise, Varsh’s Wedding Deco, qui existe depuis trois ans, ne cesse de grandir.

« Je suis heureuse d’avoir pris la décision de me lancer dans l’entrepreneuriat », affirme Varshabye Cooshnea. Depuis très jeune, elle est fascinée par tout ce qui est lié à la créativité. Son activité principale a trait aux décorations originales, à l’occasion de grands événements tels que mariages, fiançailles et anniversaires. Elle décore aussi les plateaux, les paniers, les tables et réalise des peintures sur tissus, entre autres.

La jeune fille que nous avons rencontrée parle de son parcours avec  passion : « Après mes études secondaires, je me suis inscrite à un cours en Arts and Design au Fashion and Design Institute à Ebène. Toutefois, en raison des contraintes financières auxquelles étaient confrontés mes parents, il fallait que je trouve moi-même le moyen de financer mes études ».

Ainsi, décida-t-elle de prendre le taureau par les cornes et de mettre en pratique ses aptitudes en matière de créativité. Au début, c’était comme un jeu : «  Lorsqu’il y avait des mariages dans la famille, je m’occupais de la décoration. Un jour, ma cousine m’a suggérée de poster les photos de mes travaux sur Facebook. C’est ce que j’ai fait et j’ai été agréablement surprise de la réaction des visiteurs ».

Depuis, les commandes à travers Facebook ont commencé à arriver et n’ont cessé de croître au fil des mois.  Concrètement, en même temps qu’elle poursuivait ses études, elle recevait des commandes. Ce travail à temps partiel a permis à la jeune fille de financer ses études. Elle est aujourd’hui détentrice d’un BA (Hons) Arts and Design.

Ainsi, l’artiste compte aujourd’hui plus de 5 000 membres sur le site Varsh’s Wedding Deco, sa compagnie incorporée en avril 2015.

Mais malgré un diplôme en main, elle ne compte pas abandonner l’artisanat. Bien au contraire. Pour booster son business, elle veut mettre à profit tout ce qu’elle a appris dans ses études. Si elle a pu réussir dans ce domaine, c’est grâce à sa créativité, son savoir-faire et surtout à l’envie constante d’innover et de se réinventer.

« Je pense qu’une personne doit embrasser une carrière pour laquelle il ou elle a une passion. Je suis non seulement passionnée de ce que je fais, mais j’exerce un métier qui me rapporte un revenu décent, me permettant de subvenir à mes besoins ainsi qu’à ceux de ma famille. » Les services de décoration pour les mariages sont de plus en plus demandés.

« C’est un créneau qui a un énorme potentiel. De nos jours, il faut un minimum de Rs 10 000 pour les décorations des plateaux, des tables et des paniers pour un mariage », avance la jeune fille. Et durant la haute saison, elle peut avoir une dizaine de commandes par mois. Mais pendant la période creuse, soit à partir de septembre, elle doit se tourner vers d’autres types d’activités. «  Par exemple, je me concentre sur la fête de Divali en confectionnant des lampes décoratives et des boîtes de gâteaux », dit-elle.

Varshabye est ainsi parvenue à forcer le cours du destin en partant de rien. En décrochant son diplôme en art graphique elle est devenue l’incarnation de la femme entrepreneure modèle.

Ouverture d’un magasin à Saint-Pierre
À 26 ans, Varshabye a plusieurs projets en tête pour développer son business : «  Je vais bientôt ouvrir un magasin à Saint-Pierre dans lequel je pourrais proposer tous mes produits et services sous  un même toit ». Elle estime que le magasin lui permettra d’augmenter sa visibilité en tant que femme entrepreneure. Elle attend ses permis  pour procéder au lancement de son projet, faisant ainsi son entreprise passer à la vitesse supérieure.