Live News

Valayden sur les menaces de mort qu’il dit avoir reçues : «Je me demande si la police initiera une enquête»

Le couple Valayden en compagnie de son avocat, Me Jacques Panglose (à dr.)

Ce vendredi 11 novembre, c’est vers les 15 heures que Me Rama Valayden et sa femme ont consigné des dépositions au Central Criminal Investigation Department (CID) des Casernes Centrales. Cela fait suite à des informations reçues par Taslima Valayden d’un informateur qu’elle juge crédible, concernant un snipper de l’étranger qui a été dépêché à Maurice pour éliminer physiquement son mari, Rama Valayden. Me Jacques Panglose qui représente le couple Valayden, a donné les grandes lignes concernant les déclarations faites par ses clients. Toutefois, il dira que les policiers ne lui ont pas remis une copie des déclarations faites par ses clients. De ce fait, il a fait un humble appel au Directeur des Poursuites Publiques (DPP) pour que ces copies lui soient officiellement remises.

Quant à Me Rama Valayden, il a soutenu que le même informateur avait donné l’alerte que Bruneau Laurette serait arrêté pour une affaire de drogue et que cela s’est effectivement produit. 

« Samedi dernier, nous avons eu des informations qu’un snipper est venu de l’étranger pour m’éliminer et nous avons écrit à l’ASP chargé du CID. Jusqu’à présent, aucune enquête n’a été initiée par la police et je me demande, si cela se fera », a-t-il fait ressortir. 

Me Rama Valayden a également affirmé que d’après les informations reçues, un journaliste en l’occurrence Nawaz Noorbux, serait aussi dans le viseur de ce snipper. Puis, il a énuméré une liste de noms de ses détracteurs sur les réseaux sociaux qui, selon lui, sont tous proches du pouvoir. Mais encore, il reproche à Jean Michel Lee Shim et certains employés des publications appartenant à l’homme d’affaires d'avoir monté tout un mécanisme pour la manipulation de l’opinion publique à son égard. Il a soutenu que ce type d’affaire est jugé sérieux et qu’il a un devoir d’informer la population mais aussi pour protéger sa famille. 

« Si arrive enn zafer kumsa la sécurité et l’harmonie sociale nou pei menace », dit-il. 

Pour sa part Taslima Valayden a demandé au Premier ministre "d’enlever ses blinkers" pour voir ce qui se passe vraiment au pays. Pour elle, la roue tournera en 2023-2024 pour les détracteurs qui selon elle, disent n’importe quoi voire des conneries.

« komien tan pou alle kumsa, lepep trouve, inn ler pou leve do mo pep », a-t-elle conclu.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !