Live News

Vaccination des employés - Secteur privé : 3ème dose pas à l’ordre du jour pour l’instant

L’immunité collective a déjà été atteinte à Maurice par rapport au taux des vaccinés. Désormais, les discussions se portent sur l’administration d’une troisième dose. Dans le secteur privé, on est pour l’heure dans une posture de ‘wait and see’.

Jeudi 23 septembre. À Maurice, début de la campagne de vaccination pour une troisième dose, décrite comme la ‘booster dose’, pour le ‘Sinopharm Vaccine’. Recommandée, mais non-obligatoire, cette dose est destinée à ceux qui sont vaccinés à l’AstraZeneca (Covishield) ou au Covaxin. À savoir que plus de 80 % de la population est vacciné à Maurice. 

Au sein du secteur privé, l’on explique que le taux de vaccination continue de progresser. Pradeep Dursun, COO de Business Mauritius, souligne que « nous continuons de motiver les entreprises à vacciner leurs employés. Le taux de vaccination a dépassé les 60 % dans la plupart des secteurs et nous avons encore une marge de manœuvre pour l’améliorer ». 

Et quid de l’administration d’une troisième dose dans le secteur privé ?  Pradeep Dursun répond que la décision sera basée sur une évaluation de la situation. « Ce sont les autorités de la santé qui prennent position quant à l’imminence d’une 3ème dose », fait-il ressortir. Business Mauritius s’alignera avec la recommandation du gouvernement à ce propos. 

De son côté, Areff Salauroo, président de l’Association of Human Ressource Professionals of Mauritius (MAHRP,) explique que les entreprises sont dans une posture attentiste, autrement dit, ‘wait and see’. Les Directeurs des Ressources humaines (DRH) et les chefs d’entreprises, explique-t-il, suivent l’évolution en se basant, entre autres, sur des données à l’international pour voir si une troisième dose est nécessaire. Cependant, les discussions parmi les employés à propos d’une troisième dose ont déjà débuté. Selon Areff Salauroo, les deux premières doses en fonction des vaccins administrés joueront un rôle prépondérant dans la décision des employés.

Autre facteur qui sera pris en compte dans le choix des vaccinés est le délai requis entre la deuxième et la troisième dose. Lilowtee Rajmun-Joosery, directrice de la Mauritius Export Association (MEXA), avance que c’est une des raisons pour lesquelles les discussions autour d’une troisième dose ne sont pas d’actualités au sein de la MEXA. 

Idem pour François de Grivel, industriel et chef d’entreprise, qui rappelle que « pour l’instant, personne n’est très encouragé pour une troisième dose ». La raison, dit-il, est que le temps écoulé depuis la dernière dose n’a pas encore atteint six mois. Ce dernier précise qu’un taux de vaccinés à deux doses de 95 % est affiché au sein de ses entreprises.

L’autre point de discussion est l’efficacité des vaccins chinois et indiens, a fait ressortir François de Grivel. « C’est important qu’il y ait plus de 80, voire 90 % de la population mauricienne vaccinée. La troisième dose est peut-être une bonne mesure, mais l’on se demande si c’est nécessaire », argue notre interlocuteur.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !