Live News

Vaccination anti-covid : la Grande-Bretagne se lance et Maurice reste prudent

La Grande-Bretagne a choisi le vaccin Pfizer/BioNTech pour protéger sa population contre la Covid-19 selon la BBC. Cela suite à l’assurance donnée par l’agence régulatrice du pays, le Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA).  Ce « move » de la Grande-Bretagne est à prendre avec des pincettes selon le Dr Zouberr Joomaye qui est d’avis qu’il faut se méfier des effets d’annonces. Pour le Dr Catherine Gaud, il est important d’attendre les recommandations de l’OMS avant d’accepter un vaccin. « Le vaccin Pfizer semble efficace, mais on ne sait pas pour combien de temps. Il est très compliqué à stocker, car il faut dépenser des fortunes pour avoir des congélateurs pour maintenir la chaine de froid », explique-t-elle.

Le vaccin va ainsi coûter plus cher que le prix qu’il sera vendu, car il y aura toute une logistique de transport à mettre en place pour le véhiculer et le conserver. Pour elle, il est mieux d’attendre pendant quelques jours les recommandations de l’OMS au lieu de prendre des décisions hâtives. « Nous n’avons pas suffisamment de réfrigérateurs pour stocker des vaccins en grande quantité. On ne peut pas, pour une seule utilisation, faire des investissements qui sont énormes pour un vaccin », ajoute-t-elle. Le Dr Gaud souligne qu’il faut avoir toutes les données sur la durée d’efficacité des vaccins et la façon dont les doses seront administrées. Il faut aussi bien connaître les effets secondaires. « Il y a un grand nombre de facteurs qu’il faut prendre en considération. Se précipiter à quelques jours près, une semaine ou dix jours, ce n’est pas forcément être gagnant », dit-elle. Selon le Dr Gaud, l’OMS va, dans une dizaine de jours, publier ses recommandations concernant le ou les vaccins qu’il va recommander contre la Covid-19. « On fait vite des erreurs en prenant des décisions hâtives. Il faut rester calme quand on prend des décisions. Il faut bien regarder l’objectivité des choses », conclut-elle.

Chaque laboratoire produit son vaccin et tente de le commercialiser, affirme le ministre de la Santé. « Nous attendons les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour pouvoir aller de l’avant avec la confirmation des vaccins qui seront utilisés pour notre population », a fait ressortir le ministre. 

« Chaque pays peut décider de vacciner sans attendre l’OMS », a dit, pour sa part, le Dr Laurent Musango représentant de l’OMS à Maurice. Mais, suivant la décision de la Grande-Bretagne, il soutient qu’il est préférable d’attendre la décision de l’OMS qui va, « en principe », être publiée prochainement. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !