Live News

Vaccin contre la Covid-19 obligatoire pour quatre nouveaux secteurs : une mesure qui fait l’unanimité

La zone portuaire sera accessible qu'aux vaccinés.

La vaccination contre la Covid-19 sera obligatoire à partir du 15 août pour le personnel de l’aéroport, du port, des maisons de retraite et des prisons. Cette mesure a été annoncée par le Premier ministre adjoint, Steven Obeegadoo, lors d’une conférence de presse au bâtiment du Trésor, le vendredi 30 juillet. 

Tasneem Bali, Manager de Chez Myriam, maison de retraite, se dit sereine face à l’annonce de la vaccination obligatoire. Ce, parce que près de 100 % de son personnel et de ses résidents avaient déjà été inoculés durant le confinement. « En fait, opérant dans un secteur à haut risque, avec des résidents âgés et vulnérables, dès le début du confinement nous avions fait le nécessaire pour que nos résidents et notre personnel puissent être vaccinés s’ils le souhaitaient. Fort heureusement, nos membres du personnel, qui sont responsables, avaient d’eux-mêmes choisi de se faire immuniser. Étant dans ce secteur, nous sommes conscients que nous sommes constamment en relation avec des personnes à haut risque et que ce virus pourrait leur être fatal. c’est donc pour se protéger lui-même, mais aussi par responsabilité civile face à son choix de métier que l’ensemble du personnel a choisi de se faire injecter. À ce jour, le nombre minime de notre personnel qui n’a pas encore été vacciné, a volontairement entrepris de le faire. De ce fait, notre équipe sera très bientôt vaccinée à 100 % », assure-t-elle.

Idem du côté de l’aéroport de Plaisance. B.L., employé dans le département technique, explique que les employés sont presque tous vaccinés. Ce, grâce à l’objectif fixé par la direction d’encourager le personnel à atteindre l’immunité collective dans ce secteur stratégique jusqu’au 1er septembre. « La direction encourageait déjà le personnel à se faire administrer le vaccin. On nous avait dit que la direction ferait un monitoring pour voir la progression. L’objectif était d’atteindre un taux majoritaire de ceux qui ont reçu leur deuxième dose jusqu’au 1er septembre. De ce fait, cela a accéléré la campagne de vaccination, avant même qu’elle ne soit obligatoire. Même ceux qui étaient réticents au début acceptent maintenant de le faire. »

Même son de cloche chez les employés de la prison. Hanson Mungrah, secrétaire générale de la Prison Officers Association (POA), avance que toutes les facilités mises à la disposition des officiers de la prison, ont beaucoup aidé. Bilan, 70 % du personnel de ce secteur ont déjà été injectés. « Depuis le commencement de la campagne de vaccination, l’Acting Commissioner of Prison et l’équipe médicale avaient fait des arrangements pour faciliter cet exercice. Par la suite, nous avions accès à des centres de vaccination à proximité des prisons, notamment, à Plaza, Rose-Hill et Côte-d’Or. Nous respections déjà le protocole sanitaire à la lettre, car nous savions que, si le virus se propageait dans les prisons, les conséquences seraient sérieuses. Par ailleurs, à partir de lundi dernier, le commissaire a mis à notre disposition des équipes mobiles du ministère de la Santé pour faire vacciner les détenus ainsi que les officiers à la prison. Jusqu’à présent, nous n’avons eu aucune requête formelle d’officiers contre la vaccination. Au syndicat, nous encourageons nos effectifs à se faire immuniser pour leur propre protection, tenant compte de la gravité de la situation avec les cas qui ne cessent d’augmenter », fait-il ressortir.

Au port, la tendance est la même qu’ailleurs. La nécessité de la vaccination se fait ressentir sans grands efforts. Tout le monde comprend l’urgence, indique le capitaine Tirth Purryag, président de la Maritime Transport & Port Employees Union (MTPEU). « Dès le début de la campagne de vaccination, 31 % des employés du port étaient déjà inoculés. En sus, au niveau du syndicat, nous avions mis l’accent sur l’importance de ce programme. Actuellement, approximativement 70 % des employés de la Mauritius Ports Authority sont déjà injectés. Parmi ceux qui ne le sont pas, certains ne sont pas éligibles au vaccin pour des raisons médicales », conclut-il.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !