Live News

UoM Innovation Week 2020 : l’UoM et l’industrie annoncent la couleur d’une collaboration

L’Université de Maurice (UoM) a organisé sa première semaine de l’Innovation 2020 (UoM Innovation Week 2020). L’objectif selon Dhanjay Jhurry, vice-chancelier de l’UoM, est de réunir le monde universitaire, les secteurs public et privé en vue de renforcer les partenariats entre les parties au profit du pays. 

«Le but de cette première semaine de l’Innovation de l’UoM est de renforcer les interactions entre toutes les parties prenantes en vue de stimuler une culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat à Maurice, conformément à la vision de l’UoM », a fait Dhanjay Jhurry ressortir. 

Plusieurs opérateurs du secteur privé, dont Bruno Dubarry, Jacqueline Sauzier, Anthony Coombes, Shateeaum Sewpaul, Kendall Tang, Geerish Bucktowonsing et Ramanathan Venkatasawmy ont pris part à la session matinale du mercredi 2 décembre. L’occasion pour ces derniers d’évoquer lors des quelques minutes qui leur ont été allouées, les défis qui guettent leur secteur et l’importance de l’innovation pour franchir un palier. 

Yousouf Ismael, de la MCCI : «La curiosité est un élément essentiel pour l’innovation»

yousoufLe secrétaire général de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), qui endossait également le rôle de modérateur pour l’événement, a donné le ton à la collaboration qui se dessine entre l’Université de Maurice et l’industrie. Abordant l’importance de l’innovation, Yousouf Ismael a identifié sept facteurs qui, dit-il, met en péril les idées novatrices. Parmi l’on retrouve un état d’esprit qui n’est pas favorable à l’innovation, la peur d’échouer, le manque de motivation, l’incompréhension des besoins ou encore l’absence de budget au sein de l’entreprise. 

À ce propos, le secrétaire général de la MCCI affirme que l’institution et Business Mauritius devraient travailler en collaboration pour qu’un budget innovation fasse partie des propositions suggérées au ministre des Finances pour le prochain exercice budgétaire. En somme, Yousouf Ismael est d’avis que « la curiosité est un élément essentiel pour l’innovation ».


Jacqueline Sauzier, de la Chambre d’Agriculture de Maurice : «L’innovation pour améliorer la chaîne de valeur dans le secteur agricole»

jacquelineLa production agricole a été revue à la baisse au cours des six dernières années. Idem pour le nombre de fruits et légumes produits par hectare. Une situation qui n’est guère réjouissante alors que la Covid-19 a soulevé l’importance de l’autosuffisance alimentaire. Selon Jacqueline Sauzier, secrétaire générale de la Chambre d’Agriculture de Maurice, il faudrait améliorer la chaîne de valeur. Cela pourrait se faire par l’entremise de l’innovation. « La fertilité des sols est en grande dégradation. Il faut une étude nationale sur ce sujet », argue-t-elle. Par ailleurs, elle affirme que la main-d’œuvre disparaît graduellement dans le secteur agricole. Or, dit-elle, la machine ne peut remplacer l’humain à tous les niveaux dans ce secteur.


Kendall Tang, CEO de RT Knits : «Le défi se situe au niveau de la création de valeur à travers l’innovation»

kendalPlusieurs défis guettent le secteur manufacturier actuellement. L’évolution rapide, la sécurité des données ou encore l’éthique en font partie. Kendall Tang explique qu’un des challenges majeurs est de transformer la main-d’œuvre et créer la valeur à travers l’innovation. « Cela nous permettra de nous distinguer au niveau global du secteur », souligne-t-il. Pour implémenter efficacement l’innovation, le CEO de RT Knits préconise d’attaquer les problématiques de la connaissance et du financement. « Une formation des leaders des entreprises aux nouvelles technologies ou encore un moyen de financement direct entre l’université et l’industrie sont des solutions plausibles », avance-t-il.

Fabrice Larétif

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !