Politique

Univers carcéral - Bobby Hurreram : «Prizon pa ve dir lakaz mama»

S’exprimant sur la décision du commissaire des prisons, Vinod Appadoo, d’interdire la cigarette dans le milieu carcéral, Bobby Hurreeram, Chief Whip et porte-parole du gouvernement, a affirmé que « prizon ve dir prizon, pa ve dir lakaz mama, pa al kas enn poz ».

Lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement, le samedi 9 février, le député de la circonscription no 12 (Mahébourg/Plaine-Magnien) a expliqué que le milieu carcéral a pour objectif de réhabiliter les citoyens qui ont fauté. « Il faut de la discipline. Le gouvernement MSM/ML représente la discipline et la rigueur », a-t-il souligné. Il a ainsi lancé un appel pour qu’on cesse de faire preuve de démagogie sur la santé et la sécurité à Maurice. « Les politiciens doivent laisser les prisons faire leur travail. Lorsqu’on est politicien, cela ne veut pas dire qu’on sait tout sur tout », a-t-il avancé. « C’est important que, dans de tels cas, il n’y ait pas de cheap politics. Il nous faut laisser les institutions fonctionner en toute indépendance », a ajouté Bobby Hurreeram.

Le secteur du tourisme a également été commenté par le gouvernement, notamment en ce qu’il s’agit des skippers. « Je fais un appel auprès des camarades du secteur touristique qui bossent dur. Je leur demande de respecter la loi. » Par ailleurs, en ce qu’il s’agit des activités des internautes sur les réseaux sociaux, le député de la majorité dit avoir remarqué plusieurs fake profiles sur Facebook qui sont, selon lui, en train de véhiculer des propos à caractère communal. « Nous sommes un pays multiracial. C’est cela qui fait notre force. Nous ne devons pas laisser de telles personnes mettre à mal notre harmonie », a-t-il expliqué. Il soutient qu’il s’agit là d’actes délibérés. « Nous savons qui est en train de tirer les ficelles », dit-il.

Le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, a, pour sa part commenté la mise en receivership de l’usine Palma Ltée. « C’est un problème qui perdure depuis plusieurs années. L’usine a une dette de presque Rs 600 millions », a-t-il déclaré. Il soutient que son ministère a été mis au courant et a lancé un appel pour ne pas céder au pessimisme. « Le receivership manager nous a dit qu’il ferait de son mieux pour sauver l’entreprise et s’assurerait que tous les employés obtiennent leurs salaires », a-t-il avancé.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !