Faits Divers

Une sexagénaire attaquée à son domicile : elle parvient à faire fuir les suspects avec une bombe aérosol 

Elle l’a échappé belle. Sahida, 68 ans, habitant Pailles, a été surprise à son domicile, dimanche, par deux inconnus. Ils se sont jetés sur elle, l’un portant un casque et muni d’un sabre. Mais la dame, qui vit avec son fils, est parvenue à se saisir d’une bombe aérosol et a aspergé son assaillant d’un insecticide. Les suspects se sont enfuis. Ils sont recherchés.

«  Linn rod koup mo likou » : une phrase que la  victime ne cesse de répéter.  Elle ne peut chasser ces images de sa tête. Dimanche après-midi, elle dormait dans sa chambre quand elle a été réveillée par un bruit insolite. « Je me suis levée et j’ai regardé à l’extérieur. J’ai alors vu un homme portant un casque intégral. Il épiait la maison, puis il a forcé la porte et pour faire irruption dans la maison. Il tenait un sabre. Une femme l’accompagnait. Ils ont commencé à m’injurier », explique la dame. 

Elle dit connaître la femme qui accompagnait  l’individu. « Monn dir mo pa konn ou missier be kifer ou pe zour mwa », poursuit-elle. Puis, l’instant d’après pour la faire taire, l’homme a brandi le sabre et l’a placée sur son cou. « Il a tenté de me frapper avec le sabre et m’a ratée. Ils m’ont donné des coups de poings à la tête. » Pourtant, pour la sexagénaire pas question de se laisser faire.

La victime s’est débattue. « Il y avait une bombe aérosol sur un meuble. Heureusement qu’elle n’était pas loin. J’ai aspergé l’homme au visage avec de l’insecticide, car la visière de son casque était relevée », ajoute-t-elle. Surpris par la résistance de la sexagénaire, le couple est reparti. « Zot inn alle, madam la inn ramass sab la»,  explique-t-elle. Le même jour, elle s’est rendue au poste de police de Pailles et a consigné une déposition pour agression. Elle a reçu des soins à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo à Port-Louis. Cependant, après cette attaque, la dame a préféré ne plus retourner chez elle par crainte d’être de nouveau la cible de ces malfrats. « Cela fait une cinquantaine d’années que je vis ici et je n’ai jamais eu d’ennui avec quiconque. C’est la première fois que cela m’arrive. J’ai peur de retourner chez moi », dit-elle. Selon la dame, son fils entretient de mauvaises fréquentations. « Il arrive que des gens viennent se droguer non loin de chez moi. Mon fils les connaît », dit-elle.  

La police de Pailles a initié une enquête afin de mettre un terme aux agissements de ces malfaiteurs. 

 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !