Live News

Une réunion de la dernière chance ce lundi : une menace de grève plane sur Air Mauritius

Plusieurs points de litige existent entre les administrateurs et le personnel de bord d’Air Mauritius.

Plusieurs points de litige font que le personnel navigant d’Air Mauritius et la direction de la compagnie ne sont toujours pas sur la même longueur d’onde. L’Air Mauritius Cabin Crew Association a acquis légalement le droit d’enclencher des procédures de grève. C’est une option qui est contemplée alors que les deux parties doivent se rencontrer ce lundi.

Il s’agit peut-être de la réunion de la dernière chance. Ce lundi 2 août 2021, l’Air Mauritius Cabin Crew Association (AMCCA) s’entretient avec les représentants des administrateurs d’Air Mauritius devant le ministère du Travail. Il s’agit de trouver des solutions à plusieurs points litigieux après la rencontre du 30 juillet entre les trois parties qui n’a mené à rien.

« Durant la réunion de vendredi, il y avait une représentante légale des administrateurs qui nous a dit qu’elle ne pouvait que prendre des notes mais qu’elle n’était pas habilitée à prendre des décisions. Le ministère du Travail a donc demandé qu’une nouvelle rencontre ait lieu lundi. Il a expliqué à la représentante des administrateurs qu’il est important de venir discuter de choses pressantes », explique Yogita Baboo, présidente de l’AMCCA.

Plusieurs points de litige existent entre les administrateurs et le syndicat qui représente le personnel de bord d’Air Mauritius. Ils ont été portés devant la Commission de conciliation etde médiation afin que les parties trouvent un consensus. Or, cette instance a déclaré qu’il y avait un « deadlock ».

Sous l’Employees Relations Act de 2019, l’AMCCA a deux options. La première est d’entamer les procédures de grève. La seconde est de s’en remettre à l’Employment Relations Tribunal. « Nous n’avons pas encore enclenché les procédures, mais nous avons légalement le droit de le faire. Si l’administrateur ne veut pas discuter avec nous, nous ne resterons pas tranquilles. Si nous ne parvenons pas à trouver de solutions convenables, nous devrons prendre les mesures nécessaires », affirme la présidente de l’AMCCA.

Parmi les points de litige : l’introduction de nouvelles conditions de travail dans le sillage de la mise en administration volontaire de la compagnie nationale d’aviation le 22 avril dernier. Certains points sont cependant beaucoup plus récents, à l’instar de la décision de l’entreprise de ne plus permettre au personnel navigant de porter de protection intégrale contre la COVID-19 depuis la première phase de réouverture des frontières du pays le 15 juillet dernier.

L’information avait été communiquée la veille aux employés concernés. Or, pour le syndicat, selon l’Occupational Safety and Health Act, un salarié ne peut pas être forcé à travailler s’il sent que sa santé est mise en danger. De plus, à l’annonce de la décision de ne plus permettre le port de la protection intégrale, la direction avait annoncé que ceux qui ne sont pas doublement vaccinés depuis au moins de deux semaines seront automatiquement en congé.

« Nous ne sommes pas contre la vaccination. Mais sur 350 de nos membres, 115 sont dans une situation où ils ne peuvent pas travailler pour le moment. Certains ont reçu une première dose, mais ils attendent la seconde dose. Puis, on n’a pas l’option du test PCR chaque sept jours, contrairement à ce qui se fait ailleurs pour ceux qui ne sont pas vaccinés ou qui ne souhaitent pas se faire vacciner », fait ressortir Yogita Baboo.
Elle ajoute qu’il y a des membres de l’association qui sont passés devant le panel médical et que ce dernier leur a conseillé de ne pas se faire vacciner pour des raisons de santé. « Que va-t-on faire d’eux ? », demande-t-elle.

Au niveau de la direction d’Air Mauritius, on assure que c’est faux de dire que le dialogue est rompu. On affirme que la recherche de solutions est toujours d’actualité.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !