Faits Divers

Une retraitée accusée d’homicide disculpée : la cour met en exergue l’imprudence de la victime

Cour intermédiaire

La faute de la victime était si grossière qu’elle absout l’automobiliste de toute responsabilité de l’accident. Tel a été le verdict de la cour intermédiaire dans le cadre du procès intenté à une femme de 77 ans pour homicide involontaire par imprudence. Celle-ci a été acquittée, le lundi 24 juin 2019, par le magistrat Pranay Sewpal. Ce dernier a statué que les preuves démontrent clairement que l’accident est survenu à cause de l’imprudence du motocycliste. Ce dernier avait consommé de l’alcool et du cannabis.

Cette habitante de Vacoas, âgée de 77 ans, faisait l’objet de poursuite devant la cour intermédiaire d’une accusation d’ « involuntary homicide by imprudence ». Elle avait plaidé non coupable du délit survenu le 7 janvier 2015 à Péreybère. La septuagénaire était défendue par Me Gavin Glover, Senior Counsel. La poursuite était représentée par Me Anusha Rawoah, Senior State Counsel.

C’est un jeune issu de la région de Grand-Gaube qui a trouvé la mort dans cet accident de la route. Il était à moto en compagnie d’un ami et roulait en direction de Cap-Malheureux quand l’accident est survenu.

Dans ses dépositions à la police, la septuagénaire avait déclaré que le jour fatidique, elle conduisait sa voiture sur la route principale de Péreybère à une vitesse de 30 à 35 km/h venant de Cap-Malheureux. Il était aux alentours de 19 heures. Son époux était assis sur le siège passager et ils se dirigeaient chez une amie à Péreybère. Elle a affirmé aux enquêteurs qu’elle a ralenti en arrivant devant l’entrée de son amie et a mis son clignotant pour tourner à droite. Après avoir vérifié si la route était dégagée, elle s’est alors dirigée à droite pour entrer dans la cour de son amie quand elle a entendu un bruit assourdissant. La conductrice dit avoir été en état de choc et a immédiatement arrêté la voiture.

Ni casque ni gilet fluorescent

L’ami de la victime a également été appelé en cour lors du procès. Il a confirmé que son ami conduisait la moto à une vitesse de 50 km/hr. Ils se dirigeaient vers Cap-Malheureux quand une voiture qui venait en sens inverse a subitement tourné devant eux. Selon les dires du jeune homme, son ami a tenté d’éviter une collision mais en vain. La moto a ainsi heurté la voiture et les deux jeunes ont été projetés sur l’asphalte.

Dans l’énoncé de son verdict, le magistrat Pranay Sewpal a énuméré les différents points ayant mené à la conclusion que la victime avait été imprudente. De ce fait, sa faute a été si grossière qu’elle dégage la septuagénaire de toute responsabilité de l’accident.

La cour a mis en exergue le fait que l’accident est survenu surtout en raison de l’incapacité du motocycliste à signaler sa présence de manière visible aux autres usagers de la route. « It is plain that the deceased failed to take the necessary precautions which he should have taken to make his own trip and that of the pillion rider safe, and to visibly indicate his presence to other road users », souligne le magistrat.

Selon les preuves avancées en cour, le motocycliste ne portait ni casque ni gilet fluorescent. Aussi, la victime avait 31 milligrammes d’alcool dans 100 millilitres de sang, d’après le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL). Ce même rapport fait aussi état qu’il avait fumé du cannabis un peu plus tôt avant l’accident d’où la présence de cette drogue dans son urine. « All in all, it is apparent that the deceased has been imprudent in that he did not wear a fluorescent jacket at the time of the accident, coupled with the fact that he was under the influence of alcohol and had consumed cannabis, although not close in time to the accident, but prior to the accident », a conclu le magistrat. Ce dernier a ainsi blanchi la septuagénaire et a rayé l’accusation retenue contre elle.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !