Faits Divers

Une maison saccagée deux fois en moins d’un mois

Des panneaux de vitre ont volé en éclats.

« Zonn vini pou bate mem. »  Kalyre R., âgée de 35 ans et domiciliée à Petite-Rivière, est traumatisée. En l’espace de quelques semaines, elle a été la cible d’une bande armée à deux reprises. La première fois, c’était le dimanche 23 septembre dernier. Elle se trouvait chez sa belle-mère, quand une foule hostile s’est présentée devant la maison aux alentours de 22 h 30. «  Zot ti ena kouto ek sab avek zot. Nnoun bizin res dan lakaz », raconte-t-elle. 
Parmi les assaillants, elle a reconnu ses deux frères avec qui elle n’est plus en bons termes depuis « une histoire de vol ». « Ils se sont mis à proférer des injures, nous exhortant à sortir. Par la suite, il ont lancé des pierres sur la maison. Des panneaux de vitres ont volé en éclats », raconte-t-elle. 

L’époux de la jeune femme et sa belle-mère ont été blessés. Cet incident a nécessité le déploiement des éléments de la police régulière, de la Special Supporting Unit et de la Special Mobile Force.

Le lendemain matin, la police a procédé à l’arrestation de neuf personnes, dont les frères de Kalyre R. Deux suspects ont pu rentrer chez eux après avoir consigné leur déposition. Les sept autres ont été placés en détention. Une charge provisoire de damaging property by band a été logée contre eux. Par la suite, ils ont été libérés. 

Le vendredi 12 octobre, Kalyre R. relate que certains des indidivdus qui avaient été arrêtés sont une nouvelle fois venus lui chercher des noises chez sa belle-mère. Les choses ont dégénéré. « Des panneaux de vitres et une porte ont été endommagés », souligne la jeune femme. 

Kalyre R. a consignée une nouvelle plainte à la police. L’enquête est menée par les hommes du chef inspecteur Bahadoor sous la supervision de l’assistant surintendant de police Bhaukaurally.