Live News

Une excursion scolaire qui finit à l’hôpital : une collégienne éjectée d’un autobus à travers une fenêtre

rachelle L’étudiante l’a échappé belle.

Le 11 juin dernier, un collégien de 13 ans avait eu la jambe fracturée en tombant d’un autobus en marche à Rose- Belle. Trois jours plus tard, le vendredi 14 juin, une collégienne de 18 ans, a connu le même sort. Sauf que dans ce nouveau cas, l’étudiante en sortie scolaire, est passée à travers une fenêtre dont la vitre s’est brisée sur le rond-point de Gros-Bois, dans le Sud du pays. Elle s’est retrouvée sur l’asphalte. Blessée, la victime est hospitalisée.

Rachelle, (prénom modifié), 18 ans, étudiante dans un établissement secondaire de Port-Louis, n’est pas prête à oublier cette sortie scolaire effectuée vendredi dernier. Nul n’avait présagé que cette excursion allait se terminer à l’hôpital. C’est sur le chemin du retour que l’étudiante, domiciliée dans un village du Nord, est tombée de l’autobus.

Lors de cette excursion, le groupe s’est rendu dans le Sud pays. « Nous sommes également allés à la plage de Blue-Bay. Vers 14h15, nous sommes remontés dans le bus pour rentrer au collège », explique la collégienne. Sur le chemin du retour, les collégiens s’en donnaient à cœur joie. À Gros-Bois, tout a basculé pour Rachelle. « Nou ti pe sante, danse, letan bis la ti pe fer ron pwin. Enn fraksyon seconde, monn pass par karo vitt monn tomb deor », explique-t-elle sur son lit à l’hôpital Jawaharlall Nehru, Rose-Belle.

C’était alors la panique. Le chauffeur a été aussitôt alerté et il s’est arrêté. « Deux filles ont couru vers moi pour me demander de mes nouvelles. J’ai ensuite perdu connaissance », ajoute la blessée. Des policiers de Rose-Belle et une ambulance ont été mandés sur les lieux. L’étudiante a été transportée à l’hôpital pour les premiers soins.

« Ce n’est que vers 20h00 vendredi que je me suis réveillée. J’étais déjà en salle. Je me suis blessée à la tête », explique Rachelle. « Je suis passée par la vitre arrière de l’autobus. Voyager dans de telles conditions n’est pas rassurant », lâche la collégienne qui se remet lentement de sa chute. Quant au chauffeur, âgé de 69 ans, il s’est soumis à un alcotest qui s’est révélé négatif. Après son interrogatoire, il a été autorisé, vers 20 heures, à partir.

«Je leur avais dit de se tenir tranquilles»

Joint au téléphone, le chauffeur explique qu’il avait prévenu les collégiens assis à l’arrière de l’autobus. «  Nous nous sommes d’abord rendus au musée de Mahébourg avant d’aller à Blue-Bay. Sur le chemin du retour, les collégiens faisaient du bruit à l’arrière. Ils dansaient. J’ai alors demandé à deux enseignants qui étaient dans le bus de leur parler pour qu’ils se tiennent tranquilles. Les enseignants ont fait passer le message, mais les étudiants ont continué à faire du bruit. Ils ont dû cogner contre la vitre. Je pense que, quand j’ai négocié ce rond-point, les autres collégiens se sont appuyés contre la jeune fille qui, elle-même, se tenait contre la vitre. Ce qui fait que la vitre a cédé », dit-il.

«  Koma monn fini fer ronpwin, bann zelev la inn dir sofer tiombo, tiombo. Monn arete mon all guet tifi la. Monn telefonn la poliss ek monn pran enn loto kinn amenn mwa station pou inform la poliss. Heureusement que la fille va mieux », poursuit ce dernier.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !