Un « taser » sur un pilote : la police et la douane enquêtent

taser

Triple investigation. Outre l’enquête interne initiée par Air Mauritius, une enquête policière et une autre douanière ont été ouvertes à Maurice sur la présence d’un pistolet à impulsion électronique (taser) dans le sac du copilote Quentin Duspeaux.

Ce dernier avait été arrêté puis relâché, après avoir été interrogé par les autorités hongkongaises samedi dernier. Un 'taser' avait été découvert en sa possession. Aprѐs avoir effectué un vol sur un avion de la compagnie nationale d’aviation, le copilote de 32 ans était en transit à Hong-Kong pour rejoindre Shanghai avant de rentrer à Maurice.

Ce genre d’armes de catégorie B est strictement interdit à bord des avions, peu importe les compagnies aériennes et, à plus forte raison, dans un cockpit d’avion. Cette affaire est donc prise très au sérieux par les autorités mauriciennes.

Celles-ci veulent savoir comment l’employé d’Air Mauritius a pu passer le contrôle douanier à Maurice pour monter dans le cockpit avec ce 'taser'. Comme tous les autres passagers d’un avion, tout le personnel de bord, sans distinction, doit passer par le scanner de la douane. Aucune exception n’est faite, ni pour les pilotes, ni aussi aux stewards ou hôtesses de l’air.

La question que les autorités policières et douanières veulent résoudre est celle-ci : y a-t-il eu des complicités pour permettre au copilote d’entrer à bord avec ce pistolet à impulsion électrique ? S’il y a eu lacune, la douane veut déterminer qui en porte la responsabilité et si les pilotes passent la douane sans contrôle approprié. Ce qui ouvrirait potentiellement la porte à d’autres actes illégaux.

Autre point que la police veut éclaircir : comment cette arme est entrée à Maurice, alors qu’elle est interdite sur notre territoire. Enfin, la possession de ce genre d’armes est totalement illégale pour un pilote et contrevient à la réglementation internationale sur l’aviation et la sûreté à bord des avions. Une réunion est prévue chez Air Mauritius dans les prochains jours pour décider de la marche à suivre.