Live News

Un Quatrième bulletin de vote dans la nature : l’hypothèse d’un «coup monté» redouté

Le quatrième bulletin de vote qui a été retrouvé vendredi après-midi.

Un quatrième bulletin de vote, qui a été retrouvé vendredi après-midi, soit trois semaines après les élections générales du jeudi 7 novembre, interpelle les enquêteurs du Central Criminal Investigation Department (CCID) basés aux Casernes centrales. Des hauts gradés du CCID, tout comme des officiers des National Security Services (NSS), sollicités sous le couvert de l’anonymat, avancent qu’il pourrait s’agir d’un « coup monté ». 

Les jours se suivent et semblent se ressembler depuis le scrutin du 7 novembre dernier, car quatre bulletins de vote ont été découverts dans la nature. Le dernier retrouvé, qui semble être destiné à la circonscription no 19 (Stanley/Rose-Hill) a été déposé chez nos confrères de La Sentinelle, à Baie-du-Tombeau. Un haut gradé du CCID se dit « nullement surpris » des bulletins qui circulent dans la nature, suite à la vague de contestations qui se déroule actuellement concernant les résultats des élections. Ce dernier, qui collabore dans l’enquête visant à faire la lumière dans cette affaire, s’attend à ce que « d’autres éléments, tels qu’un cinquième bulletin de vote, une photo, des témoignages, ou encore une vidéo, soient retrouvés dans les jours à venir ». Un tel « coup monté aurait pour but de créer une perception que les scrutins auraient été truqués », selon lui.

« La Representation of People’s Act (RPA) stipule qu’un votant doit plier son bulletin de vote en deux, après avoir accompli son devoir civique, avant de glisser le document dans l’urne. Les quatre bulletins qui ont été retrouvés interpellent. Au niveau du CCID, nous sommes confrontés à deux scénarios : l’implication des fonctionnaires proches des partis de l’opposition, qui auraient dissimulé les bulletins lors du dépouillement, et un mot d’ordre qui aurait pu être émis afin qu’un électeur fasse diversion en glissant une feuille de papier vierge dans l’urne au lieu de son bulletin de vote. Mais les plis que contiennent les bulletins de vote intriguent. Les documents qui ont été retrouvés jusqu’ici ont été pliés en 16. Ce qui donne l’impression que le coup a été parfaitement calculé et que le document était bien caché », précise un haut gradé du CCID à Le Dimanche/L’Hebdo.

Les intermédiaires

Mais comment ces quatre bulletins ont-ils pu se retrouver en dehors d’un centre de vote ? Selon des renseignements les National Security Services (NSS), qui assurent la sécurité de l’État, ont également été mis sur le coup. Les premiers éléments ayant émergé porteraient sur une « histoire montée de toutes pièces », malgré l’hypothèse à l’effet que des « bulletins de votes auraient pu être en circulation dans le pays avant la tenue du scrutin ». « Il semble que cette affaire ait été bien calculée. Les individus qui ont, supposément, retrouvés les bulletins de vote dans la nature ont pris le soin de remettre les documents à deux candidats, à un homme religieux et tout dernièrement, à la presse. Pourquoi ces individus n’ont-ils pas déposés les bulletins de vote en main propre à la commission électorale ou à la police ? De quoi ont-ils peur ? Sont-ils des agents ? Nous sommes d’avis que, si tel est bien le cas, leurs dépositions respectives seraient biaisées », souligne un haut gradé du NSS.

30 ans de prison et Rs 1 M d’amende

La direction du NSS souligne toutefois que « comploter afin de bafouer les élections générales d’un pays » est semblable à un coup d’État. Selon la loi, les personnes coupables d’une telle action sont passibles de 30 ans d’emprisonnement et d’une amende de Rs 1 million.

Irfan Rahman répondra « devant la justice »

Le Dimanche/L’Hebdo a vainement tenté d’avoir le Commissaire électoral, Irfan Rahman, pour une déclaration quant au quatrième bulletin de vote retrouvé dans la nature. Ce dernier, dans une déclaration au Défi Plus en date du samedi 30 novembre, a dit qu’il préfère « répondre devant la justice ». Il a aussi affirmé que la population sera en mesure de juger la véracité des allégations qui pèsent sur la commission.

Quatre bulletins de vote en trois semaines

C’est le 13 novembre, soit six jours après le scrutin, que le premier bulletin de vote a été retrouvé dans la circonscription no 3 (Port-Louis Maritime/Port-Louis Est). Un député de la circonscription, Shakeel Mohammed, a remis le document à la commission électorale. Le candidat Ninchley Matombé, aussi connu comme Ras Nininn, dit avoir réceptionné un bulletin de vote dans sa boîte aux lettres le lundi 11 novembre, mais ce n’est que quatre jours plus tard qu’il a remis le document à la commission électorale. Un troisième document, qui porte le sceau de la circonscription no 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière) a été retrouvé le samedi 23 novembre dernier. C’est une « personne qui désirait rester dans l’anonymat » qui aurait remis le bulletin de vote au père Patrick Fabien, curé de la paroisse de St-Patrick. Ce dernier a, à son tour, remis le document à la police. Le quatrième bulletin a été déposé, dans la journée du vendredi 29 novembre, chez nos confrères de La Sentinelle. Le document serait un bulletin de vote de la circonscription no 19 (Stanley/Rose-Hill).

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !