Législatives 2019

Un point sur la campagne electorale

Nous sommes à J-18 du scrutin et la campagne électorale bat son plein et ira en s’intensifiant.

L’enjeu du scrutin du 7 novembre est simple : ceux qui seront élus doivent trouver une sortie de crise dans laquelle se trouve le pays. C’est sur fond de cette grave crise économique et de profond malaise sociétal que nous attendons avec impatience les programmes contenant les mesures et initiatives concrètes des principaux blocs qui nous demandent de leur confier un mandat de cinq ans.

À ce jour, en l’absence d’un programme cohérent, nous avons droit à une surenchère totalement irresponsable – pension vieillesse, salaire minimum etc. Ne faisons pas de procès d’intention et attendons les programmes. Cela dit, les 15 mesures du Reform Party et les 20 mesures prioritaires du MMM nous laissent craindre une mauvaise appréciation des priorités doublées d’un manque de cohérence articulant l’urgence, le moyen et le long terme.

L’autre volet de la campagne c’est les « scandales » qui ont encore des beaux jours devant eux si l’on se fie aux déclarations des protagonistes. On s’attendait à ce que des « scandales » soient mis à jour, mais pas forcément ceux qui sont ces jours-ci à l’agenda ! Navin Ramgoolan et l’Alliance Nationale n’ont cessé de mettre en garde contre des boîtes étrangères qui sont engagées pour s’attaquer à sa personne. Or, les récents scandales viennent neutraliser en partie l’artillerie lourde qu’appréhendait Navin Ramgoolam. C’est TOP TV avec les « Enquêtes Exclusives » qui ayant débuté avec « Serenity Gate » et « IHS/Maradiva » qui s’invitent à la campagne et sont objectivement en train de miner la campagne prévue par l’Alliance Morisien qui se trouve sur la défensive à 20 jours des élections.

Les médias et les réseaux sociaux jouent un rôle clé dans la présente campagne avec la multiplication de journaux en ligne»

Les médias et les réseaux sociaux jouent un rôle clé dans la présente campagne avec la multiplication de journaux en ligne. Quand on sait que pratiquement toute la population est connectée, les réseaux sont devenus plus puissants que les médias traditionnels avec leur lot de toutes les variantes de fake news et des fakes profiles qui pullulent.

Une bonne partie, sinon l’essentiel, de la campagne tant sur le terrain que sur la toile est réduite à une guerre autour de la personnalité des leaders de deux blocs, à savoir Pravind Jugnauth (PJ) de l’Alliance Morisien et Navin Ramgoolam (NR) de l’Alliance Nationale. La Com commencée depuis quelques temps déjà autour de Pravind Jugnauth continue de miser sur son côté sérieux, bosseur travaillant pour mettre le pays sur la voie de la modernité avec ses réalisations Metro, Bagatelle Dam, Urban Terminals, Côte-d’Or, Safe City etc.

Navin Ramgoolam a réussi son relooking en Ramgoolam 2019 pour faire oublier ses « frasques » et son coffre-fort. Il a été aidé en cela par les non-lieux dans toutes les affaires sauf une qui va être entendue après les élections. Certains avancent même que les Rs 220 millions trouvées dans son coffre-fort est « enn lamone dite » comparées aux milliards qui auraient été détournées durant les quatre dernières années. L’entrée en campagne de Veena Ramgoolam vient renforcer cette dynamique de réhabilitation en faveur de Navin Ramgoolam.

De nombreux analystes parlent d’élections serrées ou encore de la difficulté de savoir ou de prévoir qui va gagner en raison d’une campagne courte et de lutte à trois»

Le MMM ayant choisi de faire cavalier seul mise aussi sur l’image de son leader Paul Bérenger en mettant en avant son passé glorieux des années de braise et son intégrité « la main propre, la tête haute ». En faisant cavalier seul il pense faire revenir la partie de l’électorat qui l’a désertée en 2014 malgré les dissidences post-2014. Paul Bérenger et le MMM commencent à croire de nouveau dans les chances du parti dans ces élections. Cependant, la liste de candidats malgré quelques recrues de qualité n’est pas à la hauteur des promesses et des attentes.

L’Alliance Morisien devait se renouveler et se débarrasser d’une partie de son équipe sortante. Ce renouvellement qui aurait pu être un atout a été mal pensé et géré avec un mix de brutalité et de difficultés pour trouver, à quelques exceptions près, de nouvelles têtes de qualité. Par ailleurs, le débauchage de dissidents de partis dans l’opposition pour constituer son bloc n’aurait pas eu les effets escomptés, voire même a eu un effet contraire.

S’agissant de l’Alliance Nationale, en attendant la publication de la liste des candidats prévue pour lundi, il est difficile d’apprécier le renouvellement attendu également du côté du PTr. Les indications laissent entrevoir beaucoup d’anciens, pas forcément tous des valeurs sûres. Visiblement, comme l’a expliqué Navin Ramgoolam, trouver l’équilibre de l’expérience et de la jeunesse n’est pas facile. Pour le PMSD son allié, c’est la même coterie qui va s’aligner.

Durant plus de trente ans, les élections générales ont été un jeu de permutations et de combinaisons entre les différents principaux partis sur l’échiquier, avec dans certains cas toute volte-face spectaculaire de dernière heure comme en 2014. Pour les élections de 2019, toute volte-face a dépassé toutes les limites de l’indécence avec l’épisode du Mouvement Patriotique qui se déchire en l’espace de trois heures. Il y a aussi celle de la Plate-forme militante où Steven Obeegadoo, sans aucune pudeur, déverse sa rhétorique sur « les valeurs militantes » pour tenter d’expliquer son adhésion à l’Alliance Morisien ; rhétorique qui devrait trouver sa place dans l’anthologie des obscénités politiques.

De nombreux analystes parlent d’élections serrées ou encore de la difficulté de savoir ou de prévoir qui va gagner en raison d’une campagne courte et de lutte à trois. Toutefois, une observation clinique et des remontées d’information venant de toutes les régions et de beaucoup de milieux plus ou moins bien informés donnent à penser que depuis le 7 octobre les tendances commencent à se dessiner en pointillées avec l’effet sur la guerre psychologique. C’est connu que le camp qui est perçu comme le gagnant attire de plus en plus d’adhésions. 

Analyse publiée sur la page Facebook de Malenn Oodiah le 17 octobre 2019.

Malenn Oodiah
Citoyen, observateur- analyste

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !