Actualités

Un plaisancier menace de mettre fin à ses jours en haute mer : il a été dissuadé par une promesse du PMO

pmo

Un plaisancier a voulu mettre fin à ses jours le samedi 16 mars. Le motif de son acte de désespoir : la Tourism Authority (TA) ne lui a pas restitué son permis d’opérateur suspendu depuis un mois bien qu’il se soit acquitté d’une amende de Rs 20 000. Il a été « sauvé » suite aux conseils de ses collègues plaisanciers. Un préposé au Bureau du Premier ministre (PMO) a promis au plaisancier que son cas sera examiné d’ici mardi.

Des plaisanciers, témoins de la scène, racontent que l’un de leurs collègues a pris le large à bord de son embarcation samedi matin. « Craignant qu’il ne commette l’irréparable, nous l’avons suivi. Il nous avait confié qu’il traversait une mauvaise passe puisque la Tourism Authority a confisqué son permis d’opération de plaisancier. Cela, malgré le fait qu’il ait réglé une amende pour avoir travaillé dans sa base d’opération que la sienne », explique un plaisancier sous le couvert de l’anonymat.

Après avoir prêté une oreille attentive au plaisancier en « détresse », ses collègues ont sollicité l’avis de leur homme de loi, Me Rama Valayden. Ce dernier a alerté un préposé au Bureau du Premier ministre. « Peu de temps après, nous avons reçu un appel du PMO. Un préposé a promis de traiter le cas en début de semaine », confie un autre plaisancier.

La Tourism Authority a ensuite été informée de cette affaire. La direction de l’organisme a promis que le permis du plaisancier lui serait restitué la semaine prochaine.

Le porte-parole des plaisanciers, Prem Beerbul, demande à la Tourism Authority de revoir ses règlements concernant les bases d’opération des plaisanciers. Il exhorte l’organisme à construire une jetée dans la région de Trou-d’Eau-Douce afin de résoudre ce problème.

La cellule de communication au PMO confirme qu’un plaisancier s’est retrouvé en situation difficile samedi. Le préposé interrogé a souligné qu’une rencontre est prévue avec les opérateurs et leur homme de loi Me Rama Valayden, la semaine prochaine.

« Nous sommes intervenus sur une base purement humanitaire. Nous conseillons aux plaisanciers de se tourner vers la Tourism Authority afin d’exposer leurs demandes respectives », fait ressortir le préposé du PMO.

La Tourism Authority met en avant les nouveaux règlements

La directrice de la Tourism Authority, Khoudijah Boodhoo, explique que le plaisancier en question détient un permis le permettant de travailler dans la région de Grand-Baie, mais il opèrerait dans la région de Trou-d’Eau Douce. Chose qui est interdite en vertu des nouveaux règlements. Cette mesure vise à mettre de l’ordre dans le secteur.

« La Tourism Authority a proposé au plaisancier de changer de point d’embarcation pour Pointe-Bambous. Mais il a refusé. La loi doit être appliquée. On n’empêche personne de travailler, mais les plaisanciers doivent opérer conformément à leur permis », indique Khoudijah Boodhoo.