Live News

Un piéton mortellement fauché par un véhicule conduit par un adolescent - La mère du conducteur : «Il travaillait pour payer ses études»

Le lieu où a eu lieu l’accident.

Depuis le lundi 20 janvier, son monde a basculé. Ajmal, 15 ans, était au volant du véhicule impliqué dans l’accident qui a causé la mort d’un homme de 68 ans à la rue Joseph Rivière, à Port-Louis. L’adolescent s’interroge sur ce que lui réserve l’avenir. Le Défi Media Group l’a rencontré en compagnie sa mère. 

Le pays était en alerte cyclonique quand nous sommes allés à la rencontre de cette famille, dans la région de Roche-Bois. Assis sur le canapé recouvert de draps pour cacher les imperfections, Ajmal (prénom fictif), 15 ans, a la tête baissée et se tourne ses pouces. Quant à ses deux frères et sa sœur, ils sont plongés dans leurs cahiers. Lutchmee, la maman, étend le linge, dans la même pièce, à cause du temps pluvieux.  « Vous trois, allez dans ma chambre », leur lance sévèrement Lutchmee.  Ces derniers rassemblent leurs affaires et sortent de la pièce. 

Lutchmee élève seule de ses quatre enfants, dont l’adolescent de 15 ans est l’aîné. « Mo mem mo papa, mo mem mo mama. Mo oblizer sever ek zot pou zot vinn bann bon dimounn demain ».

Elle gagne sa vie en faisant le ménage à temps partiel. « Je perçois environ Rs 4 500 comme allocation scolaire pour mes enfants, mais cela ne suffit pas », dit-elle. 

ajmal
L’adolescent, en compagnie de sa mère, Lutchmee.

C’est l’une des raisons pour lesquelles Ajmal a choisi de trouver un petit boulot. « Il a été accepté comme helper dans un restaurant de la capitale durant les vacances scolaires. L’argent qu’il devait gagner allait servir à payer ses frais d’inscription à l’école technique », confie la mère. Malgré son jeune âge, « il m’aide beaucoup pour dépenses de la maison », poursuit-elle.  

Selon Lutchmee, depuis l’accident survenu le lundi 20 janvier, l’adolescent n’est plus le même. Après l’accident, Ajmal a été présenté en cour de Port-Louis où il a été provisoirement inculpé d’homicide involontaire et de conduite sans permis.  La police n’a pas objecté à sa remise en liberté, mais Lutchmee n’avait pas les moyens de régler la caution. L’adolescent a ainsi été conduit au Correctional Youth Centre (CYC). Il y a passé la nuit. « Dès que je suis arrivé dans ce lieu, inn koumans tann zoure... Heureusement, qu’il y avait un sergent qui s’est montré gentil envers moi. Ensuite, on m’a fait une prise de sang », raconte Ajmal. 

Le lendemain, Lutchmee a pu réunir les Rs 40 000 nécessaires pour la caution de son fils. « Mes frères et quelques proches m’ont aidée à payer la caution. Ajmal n’est pas un mauvais garçon. Sa place n’est pas au CYC », dit la mère. 

Quant au père de l’adolescent, qui habite Vallée-Pitot, à Port-Louis, « il n’est même pas venu voir Ajmal », souligne Lutchmee.  

Si elle concède que sa présence aurait été un soutien pour l’adolescent, elle affirme ne pas lui en vouloir pour autant.« Malerezman, kan enn dimounn  toxikomann, ladrog samem so zanfan, samem so madam...  » 

Selon elle, Ajmal ne s’est pas encore remis de ce qui s’est produit lundi dernier. « Cela m’attriste de voir mon fils dans cet état. Il a perdu l’appétit. Il n’arrête pas de me demander : Mama eski mo lavenir inn fini aster ? » explique Lutchmee. « J’essaie tant bien que mal de lui remonter le moral.  » 
Elle tient à préciser qu’elle est de tout cœur avec les proches de Mumtaz Bissessur, le piéton qui a perdu la vie dans l’accident survenu lundi. « Mes pensées les plus sincères vont à la famille endeuillée. Se enn maler ki finn arive... mo demann eskiz », confie la mère en plaçant les mains sur son cœur.

Deux versions s’opposent

L’adolescent qui s’est confié en présence de sa mère affirme que le cuisinier (propriétaire du véhicule accidenté), lui « a demandé de déplacer sa voiture, car il s’occupait d’un appareil et des gâteaux ». « Lorsque j’ai démarré le véhicule, il est sorti et m’a demandé de baisser la vitre. Sauf que je ne savais pas comment le faire, car le bouton électronique se trouvait près du frein à main. Cela m’a troublé et c’est alors qu’au lieu de freiner, j’ai appuyé sur l’accélérateur », raconte Ajmal.  Cependant, le propriétaire du véhicule accidenté,  âgé de 28 ans, nie avoir demandé à l’adolescent de déplacer sa voiture. « Je devais déplacer ma voiture, mais j’étais trop occupé pour le faire tout de suite. J’avais laissé les clés de ma voiture sur le comptoir du restaurant. Ajmal les a prises. Quand je suis sorti, il avait déjà démarré la voiture. J’ai tapé la vitre du côté du chauffeur pour lui demander de sortir, mais il n’arrivait pas à le faire. C’est alors que l’accident a eu lieu. La voiture a percuté deux piétons dont l’un est décédé », affirme le cuisinier.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !