Faits Divers

Un cycliste de 71 ans fauché mortellement - L’épouse : «Il ne sortait jamais sans sa bicyclette»

Gooroodeo Ubheeman Gooroodeo Ubheeman, lors d’un voyage.

Gooroodeo Ubheeman, 71 ans, a quitté ce monde le 17 septembre après plusieurs semaines de souffrance. Père de famille et époux exemplaire, il avait été victime d’un grave accident de la route, le 10 août dernier, à Plaine-des-Papayes.

Giantee Ubheeman,  l’épouse âgée de 65 ans, n’arrive toujours à croire ce qui s’est passé. Cela fait une quarantaine d’années que le couple était marié. Les deux étaient les parents de deux garçons, dont un est parti s’établir en Australie, et d’une fille.

La victime a longtemps travaillé sur la propriété sucrière de Belle-Vue Harel, maintenant devenue Terra. Malgré son âge, Gooroodeo, aussi appelé Sardanand, est décrit comme quelqu’un de très actif. « Il aimait travailler dans les champs et ne se déplaçait jamais sans sa bicyclette », nous dit sa veuve Giantee.

La victime a longtemps travaillé sur la propriété sucrière de Belle-Vue Harel, maintenant devenue Terra.
La victime a longtemps travaillé sur la propriété sucrière de Belle-Vue Harel, maintenant devenue Terra.

 

Gooroodeo Ubheeman en compagnie de son chien.
Gooroodeo Ubheeman en compagnie de son chien.

 

« Li kontan al lor so bisiklet. Li ti touzour fer atansion lor simin. Le 10 août, vers 17 heures, il est sorti pour se rendre à la boutique du coin. Comme à son habitude, il s’y est rendu à bicyclette. Il m’a dit qu’il allait faire des provisions et j’étais loin de penser que c’était notre dernière conversation », ajoute-t-elle.  

« Quand il sort, il a l’habitude de rencontrer des amis du village. Il ne se presse jamais pour rentrer. Ce jour fatidique, je ne me suis pas trop inquiétée », poursuit Giantee. Mais le malheur était au rendez-vous. En sortant de la boutique, Sardanand a été percuté par une motocyclette pilotée par un jeune homme de 26 ans. Le piéton et le motocycliste se sont retrouvés sur l’asphalte. Le poste de police de Plaine-des-Papayes a aussitôt été alerté.

« Quand on nous a informés de cet accident, c’est mon fils qui s’est précipité sur les lieux », nous dit Giantee. Le cycliste a été emmené à l’hôpital de Candos. Quant au motocycliste, il s’est soumis à un alcotest, qui s’est avéré négatif. Le sexagénaire a été admis en salle. « Il a repris connaissance par la suite, mais ne pouvait parler », nous dit son fils.

« Mon frère est rentré d’Australie en apprenant la triste nouvelle », ajoute-t-il. Au fil des semaines, alors que ses proches gardaient espoir qu’il allait s’en sortir, l’état de santé du septuagénaire s’est détérioré. Le 13 septembre, il a été transféré à l’unité des soins intensifs. ll est décédé dans la soirée du 17 septembre. L’autopsie a révélé qu’il est mort d’une septicémie.

Ce départ laisse un immense vide chez les Ubheeman. « Sardanand devait voyager prochainement et aimait s’occuper de son chien, mais ce ne se sera plus possible », lâche son épouse en larmes.

Vendredi noir : deux nouvelles victimes de la route
Deux autres accidents fatals ont eu lieu vendredi. La première victime est un Bangladais de 46 ans. Mohamud Ayub Ali, qui travaillait comme pâtissier, a été percuté par une motocyclette à Canot, Bambous, aux petites heures. La victime n’a pas survécu au choc. Et dans la soirée, Daniel Trompeuse, 65 ans, roulait à bicyclette à Poste-LaFayette, quand il a été percuté par un véhicule qui ne s’est pas arrêté. Le cycliste est mort sur le coup. La police a ouvert une enquête afin de retracer l’auteur de ce délit de fuite.