Live News

Un couple et ses 5 enfants bientôt à la rue 

Magali explique qu’elle ne veut pas avoir à retourner à la rue (Photo illustration).

Elle remue ciel et terre afin de trouver une solution au plus vite pour ne pas se retrouver à la rue, à la fin de la semaine. Le propriétaire des lieux a demandé à cette famille de s’en aller car il a besoin d’effectuer des travaux dans cette maison qui n’est plus en bon état. La mère de famille lance un appel à l’aide. 

Il est 16 heures. Nous rencontrons Magali (nom d’emprunt) et sa fille aînée dans les rues de Rose-Hill. Elles y sont depuis très tôt le matin. Leur objectif : trouver une maison dans les plus brefs délais car il ne leur reste plus beaucoup de temps avant la date butoir pour évacuer celle qu’elles occupent en ce moment. 

« Nous devons quitter la maison ce samedi. C’est pour cette raison que je cherche une maison au plus vite, de préférence dans la région de Port-Louis, Grande-Rivière ou Pointe-aux-Sables », explique Magali. La demeure dans laquelle vit cette famille depuis environ quatre ans appartient à un ami du concubin de Magali. Il leur avait accordé la permission d’y habiter. « J’étais enceinte et il nous avait dit que la maison coule mais que nous pouvions y habiter. Nous avons donc fait quelques travaux et nous y sommes restés pendant tout ce temps. » dit-elle. 

Magali avait d’autres enfants avant de rencontrer son concubin. Ces derniers habitent avec leur père et elle les voit régulièrement. Cependant, il y a quelques mois, elle apprend que les enfants ont été placés dans un shelter. « J’étais effondrée d’apprendre cette nouvelle. J’ai parlé à mon concubin et nous avons immédiatement enclenché des démarches pour prendre les enfants à notre charge. » soutient Magali. 

Sa persévérance a fini par payer puisque quelques semaines après, elle accueille ses deux filles aînées chez elle. Mais c’est alors que commencent les problèmes : « Le propriétaire nous a dit que nous étions trop nombreux dans cette maison et que nous devions partir. Il n’était pas d’accord pour mes cinq enfants. Il m’a aussi dit qu’il avait besoin de sa maison. » 

Magali décide de ne pas se battre contre lui : « Il a généreusement ouvert les portes de cette maison pour nous accueillir et maintenant qu’il me dit qu’il en a besoin, je ne peux pas mal agir envers lui. D’ailleurs, je n’ai jamais été son locataire, il n’y avait aucun contrat entre nous. » 

Elle demande cependant un délai, puis un autre et encore un autre. Au final, c’est le dernier délai qui approche. Magali affirme que son concubin et elle travaillent et qu’ils pourront prendre en charge les frais de location. Elle est dans l’urgence et ne cesse de faire du porte-à-porte, même dans les rues de Rose-Hill, afin de trouver une solution. 

N’hésitez pas à nous contacter via SMS ou WhatsApp sur le 5 256 5154 si vous êtes en mesure de lui venir en aide. 

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !