Live News

Un ado de 17 ans victime de malnutrition - Son oncle : «Mo anvi asim responsabilite mo neve»

L’adolescent, en compagnie de sa mère, durant les heures de visite, lorsqu’il était à l'hôpital SSRN.

Qu’est-il advenu de l’adolescent de 17 ans, victime de malnutrition, qui a été enlevé de sa mère ? Le récit de la maman de 44 ans et du jeune homme avait touché plus d’un. Plusieurs personnes ont pris contact avec la rédaction afin de venir en aide à l’adolescent et sa mère. Bien que la mère et l’enfant soient toujours séparés, Jay* a été pris en charge par un membre de la famille.

Après la publication du récit de Pooja* et de son fils Jay, ils étaient nombreux à avoir pris contact avec la rédaction afin d’apporter leur aide à la mère célibataire et à son fils. La situation difficile à laquelle faisait face cette petite famille avait touché le cœur de plusieurs Mauriciens des quatre coins de l’île. 

Du côté de Sainte-Croix, une mère de famille de deux enfants voulait financer les études de Jay jusqu’au Higher School Certificate (HSC). Elle avait aussi proposé de prendre sur elle les frais des examens du School Certificate (SC), ainsi que des leçons particulières que l’enfant aurait souhaité prendre. 

Par ailleurs, un habitant du Nord a proposé d’offrir de la nourriture à la petite famille. Un des conseillers du conseil de district de Piton s’est aussi porté volontaire pour les aider à sortir de la misère.

Pooja n’avait qu’un seul souhait. C’était de ne pas être séparée de son enfant. « Mo anvi ek mo garson. Mo anvi vann sa lakaz la al enn lot plas ek mo garson. Pa separ nou », suppliait-elle. 

Le jour où une première visite a été faite, la maison était dans un état déplorable. Il y avait des déchets partout»

Cependant, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Selon un proche du dossier de Jay au niveau de la Child Development Unit (CDU), il nous revient qu’il a été établi que Pooja souffrait d’un problème psychiatrique. Ce qui la rend inapte à prendre la responsabilité du bien-être de son enfant.

Étant donné que son père biologique est parti travailler sur un bateau de croisière, la CDU a pris contact avec un membre proche de ce dernier, lui demandant s’il était disposé à prendre la responsabilité de Jay. Celui-ci n’a pas hésité une seconde. Suite à un ordre de la cour, c’est au domicile de ce dernier que le jeune homme a été placé après avoir quitté l’hôpital.

Sollicité, le proche déclare : « Mo neve bien ankadre. Li bien kot li ete. Li pe gagn tou seki li bizin. Mo pou asim mo responsabilite plinnman ». Cependant, ce dernier a refusé catégoriquement le soutien de tous ceux qui se sont portés volontaires pour venir en aide à Jay. Mais il les remercie tout de même. « Mo anvi asim mo responsabilite antan ki tonton », confie-t-il.

Pour rappel, le jeudi 9 juin, l’adolescent de 17 ans avait été pris en charge par la CDU après qu’un lanceur d’alerte l’a informée que le jeune homme était victime de malnutrition. « Le jour où une première visite a été faite, la maison était dans un état déplorable. Il y avait des déchets partout », avait mentionné une représentante de la CDU. Celle-ci avait consigné une plainte pour maltraitance infantile contre la mère biologique, le lundi 13 juin, au poste de police de Piton. 

Questionnée, la mère avait confié : « Malnouri la akoz inn ariv enn flanbe de pri ek transpor. Mo donn li manze avan, apre seki reste mwa mo manze. Akoz sa linn megri koumsa. Selma mo pa maltret mo garson », avait-elle témoigné au Défi Media Group, quelques jours après que la garde de son fils lui a été retirée. 

Quant à Jay, il a expliqué : « Mo pa pas mizer lakaz. Monn dir mo mama pa kwi parski mo lapeti mem inn koupe ek pri inn monte. Ki pou fer ? Al kokin ? Mo pe manz mal depi mars akoz flanbe de pri. Avan ti korek. Mo manz yaourt ek biskwi toulezour », l’adolescent, dont la perte de poids est flagrante.

*(prénom modifié)

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !