Faits Divers

Un ado de 16 ans à l’ICU après une agression - Jean-Claude : «Cet homme a brisé l’avenir de mon fils»

Adrien Adrien est dans un état critique (photo publiée avec l’autorisation de son père).

Adrien C., 16 ans, est à l’unité des soins intensifs  de l’hôpital Victoria, Candos, depuis huit jours. Il a été grièvement blessé à la tête lors d’une dispute survenue, le 7 juillet dernier, à la boutique où il travaille à La Caverne, Vacoas. Michaël Monien, un habitant de la localité âgé de 35 ans, a reconnu avoir asséné un coup de poing à l’adolescent. Il est en état d’arrestation.

Le père de la victime, Jean-Claude, âgé 42 ans, a du mal à accepter ce qui est arrivé à Adrien. « Son agresseur s’en est pris à lui alors qu’il travaillait tranquillement. Cet homme a brisé l’avenir de mon fils. Je crains le pire. Mo garson ti ena tou so lavenir devan li, aster la li lor respirasyon artifisiel. Dokter dir bizin atann ankor pou kone ki pou ariv li », confie-t-il.

Adrien est le cadet d’une fratrie de quatre enfants. La famille habite à La Caverne, Vacoas. Son père Jean-Claude travaille dans l’entretien. Sa mère, ayant eu une attaque il y a plusieurs années, souffre d’un handicap. « Après le CPE, Adrien a poursuivi ses études dans la filière prévocationnelle dans un collège des hautes Plaines-Wilhems. Toutefois, il y a quelques mois, il a voulu arrêter les cours », explique le quadragénaire.

Désireux d’aider son père, l’adolescent n’a pas tardé à trouver du travail. « Adrien est très débrouillard. Il a déniché un emploi dans une boutique de la localité. Il voulait m’aider, car les fins de mois sont difficiles. En plus de mon travail, j’effectue de petits travaux pour subvenir aux besoins de la famille », confie Jean-Claude.

Ainsi, depuis trois mois, Adrien travaillait comme helper dans cette boutique. Il commençait le travail vers 18 heures et finissait quelques fois à 1 heure, indique son père. « Mon fils bossait dur  », ajoute Jean-Claude. Malgré ses horaires contraignants, souligne son père, l’adolescent aimait passer du temps avec sa famille. « Nous avons eu l’occasion de voir quelques matchs de la Coupe du monde ensemble. Il supportait le Brésil »,  raconte le quadragénaire. « Sa passion, c’était la musique. Kot trouv li, li ti pe ekout so lamisik. »

Jean Michaël Monien, a reconnu avoir frappé l’adolescent.
Jean Michaël Monien, a reconnu avoir frappé l’adolescent.

Le soir du drame, Michaël Monien, s’est présenté au commerce où travaillait Adrien avec un groupe d’amis. Et ils se sont disputés. L’adolescent est intervenu et c’est là qu’il a reçu un violent coup de poing. Il a perdu l’équilibre et s’est grièvement blessé à la tête.

Les enquêteurs de la Central Investigation Division de Vacoas n’ont pas tardé à arrêter de son agresseur, Michaël Monien. Le suspect a expliqué aux enquêteurs qu’il s’était rendu à une fête d’anniversaire samedi soir. « Nou finn bwar sink boutey rom avek bann kamarad sa swar la », a-t-il avoué à la police. Ses amis et lui se sont rendus au commerce où travaille Adrien pour acheter encore à boire. « Mo finn gagn enn diskisyon, linn rant ladan », devait ajouter le suspect qui s’en est alors pris à l’adolescent. « Je lui ai asséné un coup de poing », a-t-il reconnu.

L’habitant de Cité La Caverne a participé, dimanche, à une reconstitution des faits. Il a comparu devant la Cour de Curepipe lundi sous une accusation provisoire d’agression avec préméditation. La police a objecté à sa libération sous caution.