Live News

Travesti lynché : Tacha Ti Lamour raconte son agression 

Tacha Ti Lamour s’en est sortie avec plusieurs blessures au visage. Elle a aussi une fracture au bras gauche.

Tacha Ti Lamour, un travesti de 26 ans, a été passée à tabac par un couple, le jeudi 13 février 2020, pour des commentaires passés dans des vidéos live sur Facebook. Une plainte pour agression a été déposée. 

Depuis jeudi, des vidéos montrant le lynchage d’un travesti de 26 ans circulent sur Facebook. Tacha Ti Lamour, de son vrai nom Josué Nathan, a été passé à tabac par un couple, accompagné d’un autre homme. L’agression a eu lieu à Roche-Bois sous le regard impassible des quelques badauds présents. 

Tacha Ti Lamour s’en est sortie avec plusieurs blessures au visage et des points de suture. Il a aussi une fracture au bras gauche. Il a porté plainte pour agression, le vendredi 14 février 2020, au poste de police de Roche-Bois. Une enquête a été ouverte, mais aucune arrestation n’a eu lieu pour l’instant. Le plaignant devra se rendre à la Cybercrime Unit pour déposer une copie des vidéos que ses présumés agresseurs ont postées sur Facebook. 

Le travesti de 26 ans, qui habite Roche-Bois, vit en concubinage avec Fabiano, un helper de 41 ans. Atteint du VIH depuis l’âge de 19 ans, Tacha Ti Lamour essaie de prendre la vie positivement malgré sa maladie. Il est devenu comme une sorte de célébrité sur Facebook et sur TikTok, à travers ses vidéos délirantes ou ses live streamings, où elle n’hésite pas à tacler ses détracteurs ou ceux qui postent des commentaires négatifs à son sujet. C’est justement un live qu’il a fait le mercredi 12 février qui a mis le feu aux poudres. Selon Tacha Ti Lamour, après son live, une habitante de la localité a passé des commentaires négatifs et humiliants à son sujet, la traitant de « sidéen ». Fidèle à ses habitudes, Tacha Ti Lamour lui a donné la réplique, en faisant un autre live. 

C’est ce qui a fait déborder le vase. Selon ses dires, jeudi vers 20 heures, alors qu’elle se trouvait chez elle, un ami serait venu l’informer que son concubin avait des ennuis dans la rue. « Sa kamarad la inn dir mwa ki sa madam kinn fer komanter lor mwa lor Facebook ek so misie pe rod mwa. Li dir mwa ki zot finn blok Fabiano e ki zot inn dir ki tank ki zot pa gagn mwa, zot pa pou les li ale », raconte Tacha Ti Lamour. 

En essayant de s’approcher du lieu, elle a aperçu son concubin, qui avait effectivement des ennuis. Elle dit être retournée chez elle pour téléphoner à la police de Roche-Bois. « Madam la finn vinn avek so misie devan mo laport. Malgre lapolis ti la, zot ti pe rod bat mwa. Monn prefere sove e al kasiet dan enn terin abandone », relate-t-elle. 

Quelques minutes plus tard, une amie lui a téléphoné, lui demandant où elle était. Tacha Ti Lamour ne savait pas qu’il s’agissait en fait d’un piège. Elle a dit à son amie qu’elle se trouvait sur un terrain en friche. « Elle est venue me chercher et m’a emmenée chez elle », dit-elle. 

À peine entrée dans la maison, Tacha Ti Lamour a vu le couple et l’homme qui la cherchaient. « Ils ont commencé à me frapper. Mo kamarad finn dir zot pa bat mwa kot li ek pran mwa ale. Zot finn met mwa dan loto. Madam-la ek so misie finn blok mwa par mo likou. Zot inn dir amenn mwa Montagne Zako pou zet mwa laba. Me apre zot finn amenn mwa lor lari pre kot mwa, kot ronpwin lizinn Esko Roche-Bois. Zot inn koumans bat mwa », raconte-t-elle.

C’est à coup de barres de fer que Tacha Ti Lamour aurait été lynché par le couple. Les coups étaient si violents qu’il se serait évanoui à un moment donné. Le couple et l’autre personne l’accompagnant ont par la suite abandonné le travesti sur place sous le regard des badauds. Tacha Ti Lamour a ensuite été transporté à l’hôpital.  

L’enquête suit son cours. Tout porte à croire que cette affaire risque de prendre d’autres proportions et ne se limitera pas uniquement à l’agression. Car dans un « live streaming » fait par les présumés agresseurs sur Facebook, on voit un homme dans une voiture tenant Tacha Ti Lamour par le cou sur le siège arrière tandis qu’une femme hurle : « Ar mwa non. To pou kone. » Affaire à suivre… 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !