Live News

Transport en commun : le calvaire des collégiens

Depuis plusieurs semaines, des collégiens, qui résident dans l’est du pays, éprouvent des difficultés à se rendre à l’école. Raison : les receveurs d’autobus en direction de Port-Louis leur refusent l’accès. Certains font même preuve d’une attitude méprisable envers ces jeunes. « Bis lexpress pa pran zanfan lekol sa. Zis pou ban dimoun ki al travay sa bis la », lancent ces receveurs. D’autres demandent même aux étudiants de descendre et d’attendre un autre autobus.  

Plusieurs élèves fréquentent des établissements scolaires des hautes Plaines-Wilhems. À Camp-de-Masque-Pavé, il n’existe aucune ligne desservant directement Ébène ou les hautes Plaines-Wilhems. Des étudiants peinent donc à arriver à l’école à l’heure. Un élève, qui fréquente la SSS d’Ébène, explique que s’il rate l’express (ligne 113) de 6 h 15, il sera au collège après 8 h 30. « J’habite Camp-de-Masque-Pavé, je dois prendre deux autobus pour aller à l’école. Si je prends un bus « normal », je dois descendre à Camp-de-Masque et attendre le bus 15 pour Rose-Hill qui est toujours bondé et qui passe souvent sans s’arrêter. Je dois attendre jusqu’à 6 h 45 ou même 7 heures pour avoir un autre bus. Avec les embouteillages, je suis tout le temps en retard à l’école », explique-t-il, avec une pointe d’exaspération dans la voix. 

L’étudiant explique qu’en prenant le bus express 113, il s’arrête à Moka et prend ensuite un autre autobus pour Rose-Hill. « Il y a des passagers qui s’arrêtent à Moka. Ce qui est à notre avantage. Si je prends le bus 113, c’est pour pouvoir être à l’école avant 8 heures » dit-il. 

Contactés, les inspecteurs de la National Transport Authority (NTA) font ressortir qu’aucun autobus n’a le droit de refuser de transporter un étudiant le matin ou l’après-midi. « Bus express ou pas, tout étudiant a le droit de monter à bord d’un autobus dont le trajet se trouve sur le chemin de l’école. Si le bus s’arrête à Moka pour descendre les passagers, il n’y a pas de raison de refuser les étudiants », indiquent-ils. Les inspecteurs encouragent les étudiants à noter le numéro d’immatriculation de l’autobus et venir porter plainte à la NTA. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !