Economie

Transport aérien : AML renforce les ambitions de Maurice comme hub

Transport aérien AML a enregistré une croissance de plus de 800 000 passagers.

Maurice tient à devenir un véritable hub aérien pour la région. L’Airports of Mauritius (AML) ne cache aucunement ses ambitions et s’emploie à réaliser son objectif. D’ici fin 2019, la capacité de traitement de passagers à son niveau optimal sera de quatre millions. C’est la conviction de Siven Chellen, Officer-in-Charge d’AML, affichée lors de la cérémonie commémorant le vol inaugural d’Alitalia, le lundi 29 octobre, à l’aéroport de Plaisance.

De 2015 à fin 2017, AML a enregistré une croissance de plus de 800 000 passagers et le trafic s’est accru de 28 %.

« Nous pouvons nous permettre d’être optimisme, car nos dernières prévisions de trafic aérien indiquent un scénario d'une croissance positive où nous pouvons arriver à atteindre notre capacité maximale de traitement de quatre millions de passager, d’ici fin 2019. Nous avons donc commencé, comme mesure à court terme, la modernisation d’une partie de l’ancien terminal de passagers. Ce projet a requis des investissements de Rs 225 millions et devra être complété au milieu de l'année prochaine et augmentera notre capacité par une moitié de millions de passagers additionnelle », dit-il.

Il estime, cependant qu’en tant que gestionnaire d’aéroports tourné vers l'avenir, il est nécessaire que la compagnie ait des plans et solutions tangibles sur le long-terme. C’est ainsi qu’AML a récemment signé une entente avec le groupe Aéroports de Paris (AdP) pour finaliser un schéma directeur pour les développements futurs de l’aéroport de SSR.

« Il y a aussi des projets concernant l’extension du terminal passagers. De plus, d’autres possibilités de croissance sont à l’étude impliquant une révision de l’Airport Master Plan tout en incluant des propositions pour la mise en œuvre d’un village aéroportuaire et de fret. Cela favorisera l’émergence de nouvelles entreprises commerciales et décèlera des opportunités des marchés encore inexploitées », souligne Siven Chellen.

Pour arriver à ses fins, AML doit non seulement compter sur le développement d’infrastructures, mais également sur des professionnels qualifiés pour soutenir et appuyer le développement.

« Nous apportons des ressources additionnelles pour la formation de nos employés. C’est dans ce contexte que nous sommes venus de l’avant avec l’AML Aviation Training Centre qui a récemment obtenu l’accréditation en tant que membre à part entière de l’Organisation de l'aviation civile internationale pour son Trainair Plus. Je dois souligner qu’AML est la 39e au niveau mondial et 9e en Afrique. Le centre est notre fer de lance pour les activités de formation comparables à des cours internationalement reconnus pour notre effectif, ainsi qu’aux autres », a-t-il ajouté

À partir de fin octobre, Alitalia dessert la destination mauricienne avec trois liaisons hebdomadaires via Rome, les lundis, jeudis et samedis. Cependant, en période creuses, dont à partir d’avril/mai, la compagnie va cesser ses dessertes pour Maurice. Les autorités locales souhaitent qu’elle offre au moins un ou deux vols hebdomadaires sur le pays, car le constat est simple : il n’y a plus de périodes creuses à Maurice, selon elles.

50 % de réservations de plus pour Beachcomber

Le retour de la compagnie d’aviation Alitalia est de bon augure pour les établissements de Beachomber. Lors d’un dîner de gala, le lundi 29 octobre, à Paradis Beachcomber, Gilbert Espitalier-Noël, CEO du groupe a révélé des arrivées en hausse de 21% d’Italiens qui ont choisi les hôtels de l’enseigne. Les réservations pour les six prochains mois représentent une hausse de 50 % par rapport à la même période, en 2017. Il a souligné que malgré une absence de presque 40 ans d’Alitalia à Maurice, Beachcomber a toujours été présent sur le marché italien depuis environ 30 ans. Selon les statistiques, un touriste italien sur trois opte pour les hôtels du groupe.