Politique

Transfert de Rs 18 milliards des réserves de la BoM - Joomaye : «Xavier-Luc Duval veut semer la confusion»

Alors que l’opposition, mais aussi des économistes, lui reprochent de vouloir amender la Bank of Mauritius Act de 2004, afin que Rs 18 milliards du Special Reserve Fund de la Banque de Maurice (BoM) puissent être utilisées pour honorer des dettes en devises étrangères, les porte-paroles de l’alliance au pouvoir n’y voient rien de mal.

« Nous avons des réserves de l’ordre de Rs 32 milliards. Valeur du jour, la dette publique est de 64 % du Produit intérieur brut (PIB). Le Premier ministre Pravind Jugnauth a déjà expliqué que le remboursement de la dette se fait en accord avec les lignes directrices du Fonds monétaire international », a fait ressortir Zouberr Joomaye, député du Mouvement socialiste militant (MSM), lors de la conférence de presse hebdomadaire des représentants du gouvernement. Cette rencontre avec la presse a eu lieu, samedi, au Sun Trust Building, à Port-Louis.

Il a rappelé qu’en 2011, « Xavier-Luc Duval, alors ministre des Finances, avait transféré Rs 1 milliard sur le  compte de l’Accountant General, alors que nous utiliserons les réserves pour rembourser  la dette publique. »

Selon Zouberr Joomaye, en puisant lourdement du Special Reserve Fund, « nous faisons Maurice économiser Rs 400 millions annuellement en termes d’intérêts qu’il aurait fallu payer sur des emprunts ».
Il a accusé le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, de tomber « dans la basse politique et de vouloir semer la confusion ».  

Il a critiqué les « prophètes de malheur » qui siègeaient dans l’opposition et a rappelé que certains avaient découragé le gouvernement de contester l’arbitrage dans l’affaire Betamax et avaient soutenu que le gouvernement faisait fausse route en portant notre revendication autour de la souveraineté sur les Chagos devant la Cour internationale de justice. « Nous voyons aujourd’hui que c’est la République qui est sortie gagnante », a-t-il insisté.

Sur les débats budgétaires qui ont eu lieu durant la semaine écoulée, Bobby Hurreeram a affirmé que l’exercice était intéressant, mais que tout est parti en vrille jeudi avec l’intervention du chef de file du Parti Travailliste, Shakeel Mohamed. « Il s’est réfugié derrière  l’immunité parlementaire pour s’attaquer au vice-Premier ministre Ivan Collendavelloo », a-t-il critiqué.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !