Live News

Trafic de drogue présumé : Aryan Khan reste en prison jusqu’au 20 octobre

C’est un nouveau coup dur pour Shah Rukh et Gauri Khan. Alors qu’ils espéraient enfin pouvoir ramener leur fils à la maison hier, jeudi 14 octobre, ils sont rentrés bredouilles, avec le moral à zéro. Aryan Khan, arrêté le 2 octobre dernier, dans le sillage d’une rave party sur un bateau de croisière, reste en prison. Après que l’audience a été ajournée mercredi, le juge V V Patil, siégeant à la Mumbai Sessions Court, a réservé son jugement à l’issue des débats sur la motion de remise en liberté du jeune homme. Il a fait savoir qu’il donnerait son jugement après le Dussehra, le 20 octobre.

Le NCB : « Prématuré qu’il soit remis en liberté »

anilLe bureau de contrôle des narcotiques (NCB) indien n’en démord pas. Aryan Khan est impliqué dans un trafic de drogue international, comprenant l’achat, la consommation mais aussi la vente. 

D’ailleurs, a fait ressortir l’Additional Solicitor General (ASG) Anil Singh en cour hier, le fils de Shah Rukh Khan aurait été en contact avec des personnes qui sont liées à un réseau international pour l’achat de gros volumes de drogues. Pas seulement de cannabis, mais aussi de drogues dures. L’agence antidrogue se base sur les conversations WhatsApp récupérées sur le téléphone du jeune homme de 23 ans pour faire de telles affirmations. 

Du reste, devait ajouter l’ASG Anil Singh, Aryan Khan a lui-même admis qu’il consomme de la drogue depuis des années. Et le 2 octobre, lorsque les officiers du NCB ont investi le bateau de croisière, c’est lui-même qui leur a indiqué que son ami Arbaaz Merchant avait du charas (cannabis) en sa possession. Ce dernier avait dissimulé 6g de cannabis dans l’une de ses chaussures. Sans oublier que lors de son interrogatoire, le fils de Shah Rukh Khan a révélé qu’il avait l’intention de fumer du cannabis avec Arbaaz Merchant sur le bateau. 

« Alors, ce n’est pas tout à fait vrai de dire qu’il n’était en possession d’aucune drogue. Aryan Khan et Arbaaz Merchant ont été en contact avec le trafiquant Aachit Kumar. Aryan Khan a été en communication avec un étranger pour se procurer de la drogue », a martelé l’ASG. Et d’ajouter : « Nous avons demandé l’assistance du ministère des Affaires étrangères. »

Au vu de « l’implication » d’Aryan Khan dans un trafic de drogue, le NCB est d’avis qu’il serait prématuré qu’il soit remis en liberté sous caution. « Nous devons déterminer comment les suspects sont liés l’un à l’autre. » Pour le procureur Anil Singh, « certes, ils vont à l’université, mais cela ne devrait pas être un facteur pour leur remise en liberté. Vous (NdlR, Aryan Khan et les autres suspects arrêtés) êtes le futur de notre pays. Le futur de notre pays dépend de cette génération ».

Me Amit Desai : « Faites de lui un homme libre »

amitMe Amit Desai a donné la réplique au NCB. Les affirmations à l’effet qu’Aryan Khan serait impliqué dans un trafic de drogue international ne tiennent pas la route. Au juge V V Patil, il a lancé : « Faites de lui un homme libre. Imposez-lui de strictes restrictions s’il le faut. Mais il peut être remis en liberté conditionnelle, d’autant qu’il n’a aucun antécédent. »

Évoquant les messages WhatsApp dont fait état le NCB, Me Desai fait valoir que les « chats » sont  souvent « mal compris ». D’autant que « les conversations sur WhatsApp sont censées être privées ». Toujours est-il qu’« il n’y a aucun message ni de conversation sur le téléphone d’Aryan Khan concernant une rave party ».

Et c’est bien là, soutient l’homme de loi, le point le plus important. « L’argument fondamental c’est qu’il y avait une rave party. Rien n’a été retrouvé sur mon client. Il ne peut être tenu responsable de la tenue de cette rave. »

Quant aux messages prouvant supposément ses liens avec un réseau international, Me Amit Desai souligne qu’Aryan Khan a vécu à l’étranger pendant un certain temps. « Dans ces pays, beaucoup de choses sont légalisées. » Et puis, poursuit l’homme de loi, « je n’ai pas vu ces ‘chats’. Je ne connais pas la teneur de ces conversations ». 

N’empêche que pour lui, le NCB ne peut se baser dessus pour accuser son client de complot. Ce ne sont que des spéculations, insiste Me Desai. « Le NCB veut approfondir cet angle, soit. Il veut solliciter l’aide du ministère des Affaires étrangères, libre à lui. Mais que mon client soit remis en liberté. » 

Me Amit Desai est par ailleurs revenu sur une déclaration qu’avait faite l’ASG Anil Singh dans le cas de Rhea Chakraborty. « Il avait argué que les célébrités devaient être traitées plus sévèrement car elles ont de l’influence sur la société. Mais que dit la Haute cour ? Je ne suis pas d’accord. Il faut respecter la loi. Aucune célébrité ne jouit d’un statut spécial en cour et de ce fait elle doit être traitée équitablement. » 

C’est justement ce traitement équitable qu’il réclame pour Aryan Khan.

Prison d’Arthur Road

Le fils de SRK transféré avec les autres détenus

Depuis le vendredi 8 octobre, Aryan Khan et d’autres suspects dans cette affaire sont détenus à la prison d’Arthur Road. Ils avaient d’abord été placés en quarantaine pour une période de cinq jours dans une cellule d’isolement spéciale. Ayant été testés négatifs à la Covid-19, ils ont été transférés hier dans des cellules normales, avec les autres prisonniers.

Selon la presse indienne, citant des sources dans les milieux concernés, le fils de Shah Rukh Khan ne devrait bénéficier d’aucun traitement de faveur. Il devra se lever à 6 heures du matin tous les jours. À 7 heures, il prendra le petit-déjeuner qui comprend du « poha » (NdlR, un plat à base de riz écrasé). Quatre heures après, le déjeuner sera servi. Au menu : « chapatti », « sabzi », « dal » et du riz. 

Après le déjeuner, les détenus peuvent se promener dans l’enceinte de la prison. Et à 18 heures, le dîner est servi. Les prisonniers peuvent aussi s’acheter de la nourriture à la cantine si de l’argent leur est envoyé. Mais dans le cas d’Aryan Khan, rapporte la presse indienne, il aurait déjà utilisé Rs 2 500 (roupies indiennes) pour acheter des biscuits et de l’eau. 

D’ailleurs, selon les médias, le fils de Shah Rukh Khan ne mangerait presque pas ces derniers jours, ne grignotant que des biscuits.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !