Live News

Trafic de chiens de race - Un réseau en passe d’être démantelé : deux arrestations

Le chien volé, de la race American Hamstaff, appartient à un policier.[En médaillon] Darianna Sophie (18 ans), et son petit-ami (16 ans) qui est déjà fiché pour trafic de drogue.

Joli coup réalisé par le Special Anti-Robbery Squad (SARS) de la Special Support Unit (SSU) dans la journée du vendredi 14 juin. Une femme de 18 ans, habitant Poste-de-Flacq, et son présumé petit-ami âgé de 16 ans, ont été coffrés pour vol d’un chien de race. L’enquête de la Criminal Investigation Division (CID) de Goodlands, en collaboration avec le SARS de la SSU, cible désormais un réseau impliqué dans le trafic de chiens de race, opérant à travers l’île. D’autres opérations devraient avoir lieu dans les jours qui viennent. 

C’est vers 9 heures vendredi, suite à des renseignements, que l’équipe de l’inspecteur Seewoonarain et la CID de Goodlands ont monté une opération à Poste-de-Flacq. Au domicile de Darianna Sophie, 18 ans, la police a aussi mis la main sur le petit-ami  âgé de 16 ans. Le jeune homme est connu des services de police pour délit de drogue. La police, qui soupçonne les deux d’être mêlés au trafic de chiens de race, a procédé à leurs arrestations. Un chien de la race American Hamstaff a été récupéré par les policiers et remis à la CID de Goodlands, aux fins d’enquête. L’animal appartient à un policier, et ce dernier avait déposé une plainte il y a trois semaines, pour signaler le vol de son chien de couleur blanche et marron. 

Le garçon de 16 ans, déjà fiché pour trafic de drogue à la police, avait été arrêté il y a quelque temps par la brigade antidrogue. Dans la journée du vendredi, les deux suspects ont été entendus par la CID de Goodlands. Suite à leurs interrogatoires, le SARS de la SSU a compris qu’un réseau opère à travers l’île. Leur modus operandi : voler des chiens de race et les revendre à des prix élevés sur le marché noir. Ils ont déjà dénoncé d’autres personnes soupçonnées d’être leurs complices. 

Un réseau qui sévit à travers l’île

Ce réseau de voleurs d’animaux bénéficierait, selon les premières retombées de l’enquête, de la complicité de vétérinaires. En effet, le suspect a raconté que les chiens de race ont souvent une puce électronique insérée sous la peau dès la naissance. Cette puce sert à localiser l’animal et contient des données telles que la date de naissance, les vaccins procurés à l’animal, entre autres. Or, ce réseau opérant à travers l’île connaît déjà ces techniques et a, dans certains cas, effectué des interventions chirurgicales sur les animaux pour désactiver les puces. 

Les membres de cette mafia canine sont actuellement ciblés par la police. Les jours à venir devraient connaître d’autres rebondissements. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !