Xplik ou K

Tout savoir sur le ministère de l’Intégration sociale

pauvre

Alain Wong, ministre de l’Intégration sociale, Clive Auffrey, CEO de la National Empowerment Foundation (NEF),  Clifford Vellien, responsable de communication à la NEF et le secrétaire permanent du même ministère étaient les invités de l’émission thématique du jeudi 25 octobre. Gilbert Bablee et Mélanie Valère-Cicéron ont fait un constat de la situation et ont brossé un tableau de ce que propose ce ministère.

  • Quel est le rôle du ministère de l’Intégration sociale ?

Le ministère de l’Intégration sociale a pour but de formuler des politiques et des stratégies de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Ce ministère fournit une assistance aux groupes vulnérables et aux personnes nécessiteuses. En les aidant et les encourageant à entreprendre des activités génératrices de revenus, le ministère de l’Intégration sociale leur permet d’améliorer leur situation et de progresser socialement. Les moyens mis en place par ce ministère leur permettent d’élargir le cercle d’opportunités pour l’autonomisation de ce même groupe de personnes et, dans la foulée, elle permet d’éliminer la pauvreté absolue et améliorer les conditions de vie des pauvres absolus. Le ministère de l’Intégration sociale jette les bases d’un développement humain durable. Les opportunités des enfants qui viennent des familles pauvres sont améliorées en offrant un ensemble de programmes de soutien et des possibilités d’apprentissage et de développement dès le plus jeune âge.

  • Accent sur l’éducation

Selon Alain Wong, le ministère de l’Intégration sociale ne favorise pas seulement l’éducation académique, mais aussi l’éducation à travers les formations comme le life skill training. « Notre ministère offre également un support psychologique aux familles afin de leur faire comprendre qu’elles ont les moyens de s’en sortir. De plus, nous leur donnons du matériel scolaire pour que leurs enfants puissent aller à l’école », dit Alain Wong. En ce qui concerne le matériel scolaire, le ministre de l’Intégration sociale indique qu’il y a eu beaucoup de problèmes l’an dernier. « Dans le passé, nous avons utilisé des vouchers qui permettaient aux familles d’acheter elles-mêmes les équipements dont  elles avaient besoin, mais il y a eu de nombreux couacs. Un nouveau système a été adopté. C’est-à-dire que le matériel scolaire a été distribué à chaque famille. Elles ont toutes bénéficié des fournitures nécessaires puisque nous détenons les informations exactes sur leurs besoins », indique Alain Wong.

Il ajoute que d’autres vouchers permettent de placer les enfants à la crèche afin que les parents puissent se rendre au travail. Et qu’une option de re-sit, pour les examens, permet aux étudiants d’améliorer leurs résultats s’ils ne sont pas satisfaisants. Les frais d’examens sont payés par le ministère lui-même, comme tient à le préciser le ministre.

  • Quel est le bilan de ce ministère ?

Le ministre de l’Intégration sociale, Alain Wong, est en poste depuis janvier 2017. Ce dernier explique qu’il y a eu beaucoup de changements depuis son arrivée. «  Nous avons pris le temps d’observer la misère telle qu’elle est à Maurice. Nous voyons des images de la pauvreté à la télévision, mais la réalité est tout autre sur le terrain. Je me suis moi-même rendu à certains endroits et j’ai pu le constater », dit Alain Wong. Ce dernier indique qu’avec la NEF, des mesures pour l’éducation des familles, que l’on appelle life skill training et qui les aident à communiquer entre eux, ont été mise en application. « Cela les aide à créer une atmosphère de paix au sein de la famille », dit le ministre.

  • Est-ce que la NEF ne devrait-elle pas avoir sa propre politique de logement ?

Alain Wong explique que la NEF construisait des villages intégrés dans le passé, mais cela n’a pas donné les résultats escomptés. « Nous avons d’autres projets à Valetta et Bain-des-Dames, entre autres. Une fois que nous prouverons que les nouveaux systèmes mis en place fonctionnent au mieux, nous continuerons de construire d’autres maisons et nous travaillerons alors sur une politique de logement précise », précise le ministre.

  • Quels sont les critères d’éligibilité au SRM ?

Comment savoir si on est éligible ou pas au Social Register Mauritius (SRM) ? Le ministre de l’Intégration sociale explique que tout d’abord, il faut se rendre à la NEF. « Un inspecteur de la sécurité sociale ira par la suite vérifier les conditions de vie de la personne qui a fait l’application afin de faire le suivi du dossier. Cette enquête déterminera si elle est éligible ou pas. D’ailleurs, il ne faut pas que l’argent obtenu par la famille dépasse la somme de Rs 9 520 pour correspondre aux critères », dit Alain Wong. Il maintient également qu’un individu qui touche le salaire minimal, fixé il y a peu de temps par le gouvernement, n’est pas considéré comme pauvre.

  • Politique de logement

Pour être éligible et obtenir une maison auprès de la NEF, il faut être enregistré au SRM.  « Quand quelqu’un possède un terrain, ce n’est qu’à partir de là qu’une maison sera construite. Nous ne possédons pas de terrains pour procéder à la construction des maisons  », dit le ministre. Selon ce dernier, sur 1 000 demandes, uniquement 200 personnes possèdent un terrain et sont donc éligibles pour la construction d’une maison.

  • 44 896 personnes qui vivent dans la pauvreté sont enregistrées au SRM

Selon le ministre de l’Intégration sociale, 44  896 personnes sont éligibles sous le système du SRM. Cela fait un total de 11 509 familles qui touchent Rs 9 520 d’allocation (pour deux adultes et trois enfants) ou moins. Cette aide est destinée uniquement à ceux qui vivent dans une extrême pauvreté. « Ce chiffre est un chiffre dynamique qui change. Nous leur offrons un accompagnement stabilisé. Nous ne supprimons pas cette aide financière du jour au lendemain. Si la personne obtient un travail, l’allocation qui lui est octroyée lui sera versée jusqu’à ce qu’elle devienne financièrement stable  », précise Alain Wong.

Ce dernier ne manque pas d’ajouter que la pauvreté est presque devenue une culture. « C’est la manière de vivre qui crée le cercle vicieux de la pauvreté. Un enfant qui grandit dans cet état d’esprit se sent exclu dès son plus jeune âge. Il a l’impression de ne pas pouvoir accéder aux  facilités », précise le ministre.


Salaire Minimal

Alain Wong : «Une personne qui obtient Rs 9 000 n’est pas pauvre»

Le ministre explique que malgré les recommandations internationales, le gouvernement a décidé d’ajouter une hausse de 40 % au salaire minimal proposé. « Avec le Negative Income Tax, un employé touche Rs  9  000 et une personne qui obtient Rs 9 000 n’est pas pauvre ». Est-ce que ce n’est pas un contraste avec les revenus de Rs 9 520 fixés comme plafond pour être éligible sous le SRM pour une famille de deux adultes et trois enfants ? «  Absolument pas », répond le ministre. « Il faut que les gens démontrent une réelle volonté de s’en sortir. Ainsi, nous voulons qu’ils refusent de rester dans cette situation de précarité pour obtenir un salaire minimal. Nous ne souhaitons pas que les personnes se contentent d’être assistées. Nous mettons ainsi à leur disposition plusieurs outils pour qu’elles s’en sortent ».


Distribution des fournitures scolaires : un service personnalisé

Le ministre concède qu’il y a eu des retards dans la distribution des fournitures scolaires et explique : « Plusieurs formules n’ont pas donné de résultats satisfaisants. Nous avons décidé de ne plus distribuer de vouchers. Désormais, un élève reçoit tout ce dont il a besoin pour sa scolarité, dont l’uniforme et les fournitures scolaires. Ce système a fait ses preuves. Cependant, il y a certaines étapes à respecter. C’est un exercice qui ne peut pas se faire trop tôt. Il y a plusieurs aspects à prendre en considération, comme savoir si l’enfant ne va pas refaire la même classe ou encore changer de collège, avant de lui fournir le matériel. Malheureusement,  cela prend un peu de temps  ».


Questions des auditeurs

emission

Mme Gaspard de Vacoas :

« J’ai fait une application à la NEF pour recevoir du matériel scolaire et des uniformes, mais à chaque fois ma demande est rejetée. Nous touchons, mon époux et moi, moins de Rs 10 000 mensuellement. Mon époux est maçon et ne travaille pas tout le temps. »
« Si le salaire total dépasse Rs 9 520, l’application sera automatiquement rejetée, malheureusement. Elle ne sera pas éligible sous les critères établis par le ministère », déclare Alain Wong.
 
Pamela de Souillac :

« Je vis dans la pauvreté. J’habitais une maison en tôle qui a pris feu. J’ai finalement pu trouver un toit avec mon époux. Je suis malvoyante et touche une pension de Rs 5 800. Suis-je éligible à cette aide financière ? »
« Il faudrait vous rendre à la NEF. Le cas sera étudié et par la suite les officiers verront en quel sens la NEF pourra vous aider », répond Alain Wong.

Roosun de Grande Rivière :

« Nous nous sentons abandonnées à Canal Dayot. Lors des grosses pluies, l’eau monte, la rivière n’est pas nettoyée. »
« Nous avons donné un contrat à un entrepreneur privé pour nettoyer cette rivière tous les 6 mois. Je vais contacter les personnes concernées pour savoir si le travail se fait correctement  », répond le ministre. Il ajoute que les habitants de Canal Dayot ont été formés pour se porter secours dans les moments difficiles.

Cordonnées

National Empowerment Foundation (NEF)
À Maurice: 8e étage, Garden Tower

Rue La Poudrière

Port-Louis

Ile Maurice

Tél. +00 (230) 405 5100

Fax : +00 (230) 211 1350

E-mail : contact@nef.mu

À Rodrigues: 2e étage, Mutual Aid Building

Rue François Leguat

Port Mathurin

Ile Rodrigues

Tél. +00 (230) 832 1153

Fax : +00 (230) 831 0513

E-mail : contact@nef.mu