Live News

Torture et brutalité : Ivan Collendavelloo pour la formation des policiers

Le député de la circonscription no. 19 (Stanley/Rose-Hill) et leader du Muvman Liberater (ML), Ivan Collendavelloo s’est attardé sur les cas de torture et sur l’importance des charges provisoires lors de son intervention au parlement sur le budget ce vendredi 17 juin.

Selon lui, il faut une meilleure formation et encadrement des policiers. « J’exhorte mes collègues à lire le Hansard de 2003 et d’éponger toutes les révélations que contient le document. Le problème est tel que ces « rogue police officer have aculture of impunity ». Ils sont protégés par leur hiérarchie. Je comprends le fait que c’est une minorité de policiers qui sont entrain de torturer les suspects. Mais qu’en est-il de ceux qui gardent le silence », dit-il.

Pour lui, cela démontre qu’ils sont tout aussi coupables. Quant à l’enquête,  il souligne qu’elle va  démontrer qui est ceux qui étaient au courant de la situation ou pas. « Personne ne demande aux policiers d’offrir une tasse de thé et des ‘luddoos’ à un suspect. Mais, ils doivent simplement respecter les droits de chaque individu », ajoute le député.

Le leader de l’opposition, poursuit Ivan Collendavelloo, plaide en faveur d’une commission d’enquête alors que le Premier ministre a expliqué que ce serait une perte de temps et d’argent. « Les députés Kushal Lobine et Reza Uteem sont d’avis qu’il faut abolir la charge provisoire. Or, la charge provisoire permet au suspect et à son avocat, de formuler sa complainte », fait ressortir Ivan Collendavelloo. Il a ensuite démoli la proposition du député Reza Uteem concernant la substitution de la charge provisoire par un ‘Custody officer’.  « La charge provisoire n’existe pas dans notre procédure judiciaire criminelle. La loi précise que lorsqu’un suspect est traduit en cour, c’est à la cour de décider de sa remise en liberté ou pas, qu’elle soit avec ou sans conditions. On parle de ‘Custody officer’. Un sergent de police décide-t-il de la liberté d’un individu ? », demande-t-il.

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !