Live News

Tibor Nagy, Sous-secrétaire d’État américain chargé des Affaires africaines : «Les États-Unis seront à côté de l’Afrique à la sortie du tunnel»

Tibor Nagy

Le Sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires africaines, Tibor Nagy, a animé le mercredi 6 mai une conférence de presse téléphonique à l’intention de certains média africains dont le Défi Media Group. 

L’ambassade américaine a mis en œuvre les moyens de traduction nécessaires afin que le discours que celui appelé communément ‘Monsieur Afrique’, en raison de sa vaste connaissance du continent africain, puisse avoir une répercussion maximale. Comme on pouvait s’y attendre, dans le sillage de la déclaration de Mike Pompeo, Tibor Nagy a mis l’accent sur l’ensemble des efforts les plus variés déployés par les États-Unis pour soutenir leur politique d’aide en Afrique dans le combat contre la pandémie du Covid-19. 

Les questions aussi sensibles que l’aide chinoise à l’Afrique et celle de la présence d’un personnel médical cubain ont été posées. Tibor Nagy a fait ressortir que les pays sont souverains et décident avec qui ils veulent mais a rappelé la nécessité de transparence concernant les bailleurs de fonds. S’agissant de l’aide cubaine, il reconnait l’existence d’une longue tradition de soutien cubain en termes médicaux à certains pays africainsmais a mis en garde contre le fait que les fonds aillent au gouvernementau lieu d’être versés comme salaires aux personnels médicaux cubains.

Concernant la mise au point  d’un vaccin, les laboratoires américains, des ONG et fonds privés collaborent avec  laboratoires africains comme ils l’ont dans le passe lors de l’éclatement desépidémies comme l’Ebola ou le sida. 

A une question d’un journaliste, il a reconnu qu’il existe une tentation que des gouvernements se servent de la pandémie du Covid-19 comme alibi pour limiter la liberté de la presse et contre les populations. « Une presse vivante et libre est importante de même qu’un gouvernement responsable et qui fait prévaloir la transparence », dit Tibor Nagy. Il s’est gardé de toute condamnation générale concernant les tests de dépistage, compte tenu du fait que la majorité des populations vit en milieu rural en Afrique, et la question de la disponibilité des équipements médicaux se pose réellement. 

Il a aussi évoqué les actions terroristes survenus au nord du Mozambique et similaires aux premières attaques de BokoHaram, mais mal gérées par le Nigeria. « Certaines organisations extrémistes violentes vont se servir du Covid-19 pour accroitre leurs activités et élargir leurs zones d’influence », soutient-il.

OMS : l’argent du contribuable américain

Interrogé sur le ‘définancement’ de l’OMS par les États-Unis, il a expliqué que l’argent provient du contribuable américain, reconnaissant plus loin que les États-Unis reste le pays le plus touché par la pandémie qui sévit dans le monde, avec un total  à date ( 6 mai 2020) de plus de 1,2 million de cas détectés et plus de 71 000  morts du coronavirus depuis le début de l’épidémie. 

Le Sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires africaines a concédé que « les besoins vont être plus être importants que les ressources disponibles. Il sera impossible aux Etats-Unis ou à la communauté internationale de répondre à tous les besoins. » 

Concernant  la demande d’un moratoire pour le remboursement des dettes des pays africains, il a fait valoir qu’il sera encore difficile de se relever après la pandémie « car la crise aura un effet dévastateur sur les économies ».

Faisant observer que le virus est venu de Wuhan en Chine pour se répandre à travers le monde, il a ajouté : « Mais le virus et la maladie n’ont pas besoin de visa pour être ailleurs,  nous devons être tolérants  et solidairesavec le monde entier.  Les Américains font leur devoir d’aider. Nous devrons entregénéreux, nous avons des ressources incroyables. 
L’Afrique et le monde ont besoin de notre solidarité.  Les États-Unis sont prêts à collaborer avec tous les intervenants  dans le secteur pour trouver un vaccin.». Et d’ajouter : «Le soutien américain ne manquera pas  pour  l’Afrique à travers les projets et programmes déjà lancés par les États-Unis en Afrique. Nous sommes les seuls capables à envoyer des tonnes d’aliments. Les États-Unis seront àcoté de l’Afrique à la sortie du tunnel ».

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !