Live News

Terragen Ltd arrête sa production d’électricité - Osman Mahomed : «Espérons que d’autres IPP n’emboîtent pas le pas»

Terragen Ltd ne produit plus de l’électricité pour le CEB depuis vendredi évoquant une clause de force majeure, qui est la hausse du prix du charbon.

Il dit avoir prédit ce scénario il y a quelques années de cela. Le député du Parti travailliste et ancien président de Maurice Île Durable, Osman Mahomed, espère que d’autres Independent Power Producers ne feront pas de même. Selon lui, si tel est le cas, ce serait catastrophique pour le Central Electricity Board (CEB). 

Osman Mahomed.
Osman Mahomed.

Terragen Ltd, qui détient un Power Purchase Agreement (PPA) avec le CEB, a annoncé en fin de semaine qu’elle va interrompre sa production d’électricité qui s’élève à 17% de l’approvisionnement local. Cette décision est motivée par la hausse du prix du charbon. Osman Mahomed explique que ce dernier n’a pas toujours été élevé. « En 2015, le prix du charbon était bas. Le CEB a eu des windfall gains de cette baisse de prix et a amassé des milliards de roupies de réserves », affirme ce dernier.

Il dit avoir prévu ce scénario quand le CEB s’est servi de ses réserves pour créer des subsidiaires (CEB Green, Fibernet et CEB Facilities). « Le CEB a englouti ses réserves et se retrouve maintenant dans le rouge. J’ai bien peur qu’il passe cette augmentation aux consommateurs. Ces derniers payent le même tarif quand le prix du charbon baisse, mais doivent débourser plus quand cela augmente, alors qu’il s’agit d’une mauvaise gestion et de l’incompétence », grogne Osman Mahomed. 

Évoquant le gouffre financier, il espère que le délestage ne sera pas d’actualité à l’approche de l’hiver, où la consommation de l’électricité va chuter en sus du fait que plusieurs entreprises et usines ont fermé leurs portes à cause de la Covid-19. « J’espère juste que d’autres IPP ne va pas emboîter le pas à Terragen. Au cas contraire, le CEB va se retrouver dans une situation catastrophique et n’aura guère le choix que de venir avec le délestage », soutient notre interlocuteur. 

Il lance un appel au chairman du CEB, Radhakrishna Chellapermal, d’user de son expérience d’ancien haut fonctionnaire afin de sortir l’organisme de cette impasse, mais surtout de ce gouffre financier. 
L’économiste Pierre Dinan ne manque pas de souligner que le risque de délestage plane quand un fournisseur interrompt ses services. « Si on a besoin de la quasi-totalité de l’approvisionnement, il y a le risque que le CEB ne puisse répondre à l’appel », déclare notre interlocuteur. 

Joe Lesjongard.
Joe Lesjongard.

Est-ce qu’un système de hedging ou d’assurance aurait aidé dans la conjoncture actuelle ? L’économiste précise que c’est difficile de se prononcer. Cependant, il concède que cette décision de Terragen aurait des conséquences économiques, surtout que le CEB va devoir rouler ses turbines à gaz afin de pallier ce manque de 65 MW sur la grille. 

Cependant, faire fonctionner les unités de production de turbines à gaz de la centrale électrique de Nicolay pendant au moins 10 à 12 heures les jours de semaine sera trois fois plus coûteux en comparaison avec ses autres centrales thermiques. Deux effets sont à attendre. Primo, que les consommateurs aient à payer des charges plus élevées. Secundo, dit-il, « cela va augmenter la dépendance de l’énergie de l’étranger. Ce qui serait un poids additionnel sur l’importation et l’utilisation des devises étrangères. L’effet se fera sentir sur la balance commerciale et la balance de paiement ».

Pour sa part, Mosadeq Sahebdin de la Consumer Advocacy Platform, le CEB ne peut « être juge et partie » et décider d’augmenter le tarif de l’électricité. « Il y a un régulateur, en l’occurrence l’Utility Regulatory Authority, qui détient ce rôle. Bien entendu, cela doit se faire en consultation avec tous les acteurs concernés », prévient ce dernier. 

Il dénonce de plus que les clauses de l’accord entre les IPP et le CEB ne sont pas « transparentes ». Mosadeq Sahebdin concède également qu’aussi longtemps qu’une solution ne soit pas trouvée, le délestage pèse comme une épée de Damoclès sur la tête des consommateurs.

CEB versus Terragen Ltd 

Le CEB a logé une injonction logée le 22 avril dernier pour contester l’arrêt des opérations de Terragen Ltd. Celle-ci fournit environ 17 % de l’approvisionnement local en électricité et invoque la hausse du prix du charbon en raison de la guerre en Ukraine pour justifier sa démarche. L’affaire a été fixée pour être entendue sur le fond le vendredi 6 mai 2022.

Joe Lesjongard : «Cette  société a réalisé des profits de Rs 135 millions»

Le CEB et les autres partenaires peuvent produire la capacité suffisante pour pallier ce manque. C’est l’assurance donnée par le ministre des Services publics, Joe Lesjongard. Il a aussi rappelé que Terragen Ltd a fait des profits de Rs 1,5 milliard de 2012 à ce jour. 

« En 2021, la société a réalisé des profits de Rs 135 millions. La compagnie doit venir s’expliquer maintenant, car à un certain moment, le gouvernement a essayé de trouver une solution. Si le CEB avait accepté les propositions de Terragen Ltd, l’organisme devrait lui payer Rs 700 millions pour la période de janvier à décembre 2022 », a-t-il mentionné en conférence de presse, samedi dernier. 

Il dit trouver « inacceptable que quand Terragen Ltd fait des profits, elle les met dans sa poche, mais quand le prix du charbon connaît une hausse, c’est le CEB, le gouvernement ou encore ‘lepep’ qui doivent payer ». 

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !